Livraison gratuite au Québec à l’achat de 2 livres et plus Panier (0) Aide

De remarquables oubliés

Quand le Canada confie à un Australien le soin de concevoir un spectacle pour les Américains, que pouvons-nous attendre d’autre… que ce qu’on a eu ? Mais, au-delà du déficit linguistique et d’une vision culturelle tronquée, il faut souligner les trous de mémoire olympiques de Vancouver lors de la cérémonie d’ouverture.
Parmi les huit porteurs et porteuses du drapeau olympique, l’olympisme était représenté par la championne de patinage artistique Barbara Ann Scott (1948) et le Québec par Julie Payette, Jacques Villeneuve et Roméo Dallaire ! Chez les cinq porte-flamme, l’olympisme était plus présent avec Catriona Lemay Doan, Nancy Green, Rick Hansen et, d’une certaine façon, Wayne Gretzky. Le Québec ? Absent.
On ne manquait pourtant pas d’olympiens méritants qui auraient pu prendre la place du basketteur Nash comme porte-flamme ou celle de plusieurs autres autour du drapeau olympique. Le plus grand médaillé des jeux d’hiver, avant Cindy Klassen (encore active), était le patineur de vitesse Marc Gagnon. Et avant lui, c’était Gaétan Boucher qui a obtenu une médaille d’argent en 1980 (derrière le légendaire Eric Heiden), puis deux médailles d’or (1000 et 1500 m) et une de bronze (500 m) en 1984. Il a donc quitté Sarajevo avec 3 des 4 médailles obtenues par le Canada cette année-là, et 4 au total en carrière, ce qui en faisait le plus grand médaillé de l’histoire canadienne, jusqu’à ce qu’il soit dépassé par Gagnon en 2002. C’était une époque où le soutien de l’État était dérisoire et ce n’est pas en examinant les chèques encaissés que le comité organisateur aurait pu se rafraîchir la mémoire.
Considéré en 1984 comme le plus grand athlète olympique du Canada, Boucher a été écarté en 2010 (de même que Gagnon) au profit d’une astronaute, d’un pilote automobile, d’un général et d’un basketteur. Pauvre lui (ce qui me fait penser à la « pauvre fille » de Jean Pelletier, elle aussi oubliée) ! Comme l’a écrit Patrick Lagacé (1er mars), il aurait dû aller vivre aux États, comme Gretzky (et Nash ainsi que les porte-drapeau Orr et Sutherland) ou jouer dans Star Trek avec William Shatner.
Ou entrer au Sénat comme Green et Dallaire.