Livraison gratuite au Québec à l’achat de 2 livres et plus Panier (0) Aide

Hydro-Québec et l'État québécois, 1944-2005

  • 39,95 $PapierISBN: 9782894487563
  • 29,99 $PDFISBN: 9782896648085

    Le format PDF est un fichier électronique du livre, qui pourra être téléchargé sur votre poste, le téléchargement sera possible pour les 48 heures suivant l’achat. Votre nom ainsi que le copyright apparaîtront en filigrane et en bas de chaque page du fichier PDF.

  • 29,99 $ePubISBN: 9782896648092

    Le format ePub est un fichier électronique du livre, qui pourra être téléchargé sur votre poste, le téléchargement sera possible pour les 48 heures suivant l’achat. Votre nom ainsi que le copyright apparaîtront en filigrane et en bas de chaque page du fichier ePub.

Prix Michel-Brunet 2014

Finaliste Prix de la présidence de l'Assemblée nationale 2014

Finaliste Prix Sir-John-A.Macdonald 2014 (Société historique du Canada)


Quels ont été les débats, dans le cercle des responsables politiques et administratifs, concernant Hydro-Québec, les territoires qu'elle gère, les techniques qu'elle utilise et l'impact de ses activités sur la vie et l'identité des Québécois et des Autochtones?

Stéphane Savard présente, de façon exhaustive et perspicace, le rôle prédominant de la société publique dans la construction nationale, ainsi que son instrumentalisation politique à des fins étatiques ou partisanes.


Stéphane Savard est professeur au Département d'histoire de l'Université du Québec à Montréal (UQAM) et membre régulier du Centre interuniversitaire de recherche sur la science et la technologie (CIRST). Il se spécialise en histoire politique du Québec et du Canada au XXe siècle. Ses plus récents travaux portent sur les différentes manifestations de la culture politique québécoise, plus particulièrement celles entourant les luttes politiques et prises de parole citoyenne à l'égard des enjeux énergétiques.

Table des matières

Hydro-Québec et l'État québécois, 1944-2005 1
Liste des sigles et abréviations 9
Avant-propos 11
Introduction 14
L’État et les enjeux énergétiques 15
Hydro-Québec comme vecteur des représentations 23
« Mise en scène » du politique et imaginaire collectif 26
Un mot sur les sources 30
Six types de représentations 32
CHAPITRE PREMIER: Brève histoire d’Hydro-Québec 35
Prélude : la lutte contre les trusts (1927-1944) 36
La création d’Hydro-Québec (1944-1946) 40
De la consolidation à la croissance (1946-1960) 42
La deuxième nationalisation (1960-1963) 45
La grande expansion (1963-1972) 49
Contestations et recherche d’un équilibre énergétique (1972-1984) 54
Revirements et catastrophes : des caribous et du verglas (1984-1998) 62
De la déréglementation au virage éolien (1998-2005) 68
PREMIÈRE PARTIE • L’espace approprié 77
CHAPITRE 2: Le rapport à la nature 79
CHAPITRE 3: Les modes d’occupation de l’espace 138
DEUXIÈME PARTIE • L’appel de la modernité 179
CHAPITRE 4: La modernité économique 182
CHAPITRE 5: Le rapport à la science 257
TROISIÈME PARTIE • Faire société avec ou sans l’autre 309
CHAPITRE 6: Comment faire société au québec 312
CHAPITRE 7: L’autre autochtone 361
Conclusion 401
Espace, modernité, faire société 403
Continuités et ruptures 408
Les horizons de l’histoire de la culture politique: l’engagement dans la Cité 411
Bibliographie 414
Index onomastique 432
Index thématique 435
Table des matières 448

Voir toute la table des matières

Ce livre a fait parler de lui :

  • La grande qualité de cet ouvrage est d’insister sur le fait que l’image que les Québécois se font d’Hydro-Québec est affaire de représentation, qui découle elle-même d’une iconographie médiatisée complexe à laquelle personne n’échappe. Ainsi, la réflexion sur l’instrumentalisation politique de la société d’État est-elle menée avec grande intelligence.


    Ce que cet ouvrage fait avec beaucoup de lucidité, c’est de présenter une réflexion sur l’histoire d’Hydro-Québec en insistant sur le fait que l’idée que nous nous en faisons demeure une construction et une vue de l’esprit.

  • La puissance de la poésie des mots choisis par Johnson montre à quel point l'importance de cette construction identitaire dans l'imaginaire québécois. Car l'identité d'une nation ou d'un peuple se bâtit essentiellement par des référents imaginaires, mais concrets, n'en déplaise à plusieurs qui souhaiteraient l'imposer par des slogans, des logotypes ou une Charte des valeurs. L'ouvrage de Stéphane Savard constitue un apport considérable, à cet égard, à une meilleure compréhension de ce que constitue l'imaginaire identitaire québécois.

  • L’auteur propose une histoire politique d’Hydro-Québec à travers laquelle il met en évidence l’ampleur et la densité des projets menés par l’organisation, et de ce fait leur influence sur la société québécoise tout entière, jusque dans le mode de vie des citoyens. Il rassemble dans une problématisation d’ensemble les différentes dimensions qui avaient été jusqu’à maintenant étudiées de façon segmentée.

  • Aujourd'hui, même si ça demeure un ouvrage spécialisé, Hydro-Québec et l'état québécois en intéressera plus d'un, ne serait-ce que parce que son principal sujet laisse rarement indifférent. Un nombre considérable de livres et articles ont été écrits sur Hydro-Québec et sur l’affirmation identitaire des québécois à travers les institutions politiques créées au cours du siècle dernier. Celui de Stéphane Savard se démarque par son attention aux aspects territoriaux de ces dynamiques (espace, modernité, rapport à la nature, etc.) et par les liens qui sont établis entre les représentations symboliques et leurs effets matériels.

  • Ce livre est à la fois passionnant, rigoureux intellectuellement, et magistralement fouillé. On ne s'étonnera donc guère que cette recherche historique ait été récipiendaire du prix Michel-Brunet de l'Institut d'histoire de l'Amérique française.

    L'auteur présente avec brio un ensemble de thèmes qui chacun a le mérite de faire découvrir les ficelles des logiques d'État et des enjeux énergétiques sous de multiples angles.

    Hydro-Québec et l'État québécois est ici un incontournable en la matière.

  • Il publie un essai significatif sur le rôle qu’Hydro-Québec au eu sur l’édification de la société québécoise.


    Ce livre fera date pour mieux comprendre l’importance d’Hydro-Québec sur nous et les Premières Nations.

  • Voici un livre-fleuve écrit par un jeune historien talentueux qui n'a pas eu froid aux yeux. Des forêts et des rivières en remontant jusqu'aux symboles collectifs en passant par la représentation de l'Autre, l'ouvrage multiplie les regards sur un objet qui, loin d'être enserré dans l'analyse, se déploie à travers elle. Stéphane Savard n'a pas ménagé ses ambitions: étudier Hydro-Québec à travers autant de jumelles pendant une période limitée, ç'aurait déjà été beaucoup. Embrasser son objet sur une durée de près de 70 ans, c'était tout un défi, surtout en proposant d'examiner les mutations des représentations symboliques et identitaires associées à (ou générées par) Hydro-Québec dans la perspective d'une « lutte de représentations ». On saura gré à l'historien de ne pas avoir divisé ce gros livre (435 pages) en tranches chronologiques, mais d'avoir osé employer une division thématique qui sied bien, d'ailleurs, à son approche. En fait, chaque chapitre couvre toutes les périodes du livre, ce qui accommode le lecteur pressé en lui offrant plusieurs portes d'entrée sans l'égarer, tout en incitant à réfléchir sur la continuité/discontinuité d'une panoplie d'objets. Le lecteur attentif y trouvera davantage: une construction patiente et rigoureuse dans laquelle les thèmes abordés s'éclairent différemment à mesure qu'ils font leur apparition.

    Les magnifiques photographies qui accompagnent l'ouvrage, comme celle de la rivière Manicouagan déchaînée (p.91), donnent le ton à cette odyssée québécoise qui s'amorce par la découverte et le développement des capacités de maîtrise de la nature.

    Stéphane Savard souhaite enfin que son livre contribue à revaloriser le rôle de l'historien dans la Cité en décortiquant les discours politiques et ce à quoi ils renvoient (mythes, symboles, justifications, stratégies discursives, dissimulation de la real politic...). L'objet est particulièrement bien choisi pour cette mission et le lecteur, après la lecture de l'ouvrage, ne pourra plus entendre une évocation ou un discours à propos d'Hydro-Québec de la même façon. C'est déjà beaucoup, faut-il dire, pour un livre d'histoire.

Auteur

Suggestions