Livraison gratuite au Québec à l’achat de 2 livres et plus Panier (0) Aide
  • 29,95 $PapierISBN: 9782894486948
  • 21,99 $PDFISBN: 9782896646890

    Le format PDF est un fichier électronique du livre, qui pourra être téléchargé sur votre poste, le téléchargement sera possible pour les 48 heures suivant l’achat. Votre nom ainsi que le copyright apparaîtront en filigrane et en bas de chaque page du fichier PDF.

  • 21,99 $ePubISBN: 9782896646982

    Le format ePub est un fichier électronique du livre, qui pourra être téléchargé sur votre poste, le téléchargement sera possible pour les 48 heures suivant l’achat. Votre nom ainsi que le copyright apparaîtront en filigrane et en bas de chaque page du fichier ePub.

Pierre Laporte reste, paradoxalement, un homme mal connu. Audacieux journaliste, il s'est distingué dans sa démarche d'enquête, particulièrement dans ses éditoriaux au Devoir et ses Lettres de Québec. Farouche opposant de Duplessis, il a mis à jour le scandale du gaz naturel.

Son parcours politique est essoufflant: en moins d'une décennie, Pierre Laporte a cumulé les fonctions de président du caucus des députés, de whip, de leader parlementaire et les postes de ministre des Affaires municipales, des Affaires culturelles, du Travail et de l'Immigration ainsi que celui de vice-premier ministre aux côtés de Robert Bourassa.

Sa fin tragique a éclipsé sa carrière et c'est tout le mérite de Jean-Charles Panneton de dresser, sans complaisance, un portrait juste de l'un des personnages marquants de notre histoire.


Originaire de Trois-Rivières, Jean-Charles Panneton est détenteur d'un baccalauréat et d'une maîtrise en histoire politique. Il est l'auteur de nombreux articles et de l'essai Georges-Émile Lapalme: précurseur de la Révolution tranquille, publié chez VLB en 2000.

Table des matières

PIERRE LAPORTE 1
Remerciements 7
Préface / Pierre Laporte, le parcours d’un homme d’action 9
Nécessaire et cruel rappel 10
Jeune nationaliste féroce 11
Une voix discordante 12
De témoin à réformiste engagé 13
Un leader solide et coriace 14
…l’ouvrage de ta vie / Laporte fait encore face à la bourrasque, visière levée 16
La fatidique crise d’Octobre 17
Une horrible première canadienne 18
Un comté et des ravisseurs voyous 20
Une mémoire… sélective 21
Pudeur et malaise 22
Sans défense, jugé et condamné 23
Introduction 25
CHAPITRE I • Les années de formation / Les ancêtres Laporte 31
Les influences progressistes et nationalistes 34
Les études aux collèges Brébeuf et de L’Assomption 36
À la faculté de droit de l’Université de Montréal 39
À la Jeune Chambre de commerce de Montréal \net au journal Le Vigilant 42
Les premières expériences en journalisme : \ndu Canada au Devoir 44
Pierre Laporte, homme de famille 47
Un travailleur infatigable 55
CHAPITRE II • Journaliste de combat. 1944-1961 / Les premières années au Devoir / Chroniqueur universitaire 57
Un premier voyage dans les communautés francophones de l’ouest du pays 58
Période d’instabilité au Devoir 59
L’arrivée salutaire de Gérard Filion au Devoir 60
La réorganisation du journal 61
De meilleures conditions pour les journalistes 62
Le Devoir: entre néo-nationalisme et opposition au gouvernement Duplessis 63
La constitution d’une nouvelle équipe 64
Secrétaire des Amis du Devoir 66
Courriériste municipal / Une première enquête 68
Correspondant parlementaire du Devoir à Québec 70
Les difficiles conditions de travail du correspondant parlementaire 72
Les cadeaux aux journalistes 74
Les relations entre Maurice Duplessis et les journalistes 75
Les dictées du vendredi 76
Auteur des Lettres de Québec 77
Indépendant et jamais neutre 79
Cité de son vivant / Un premier accrochage entre Duplessis et Le Devoir 81
Une fin de session marquée par les insultes et les attaques personnelles 83
Le Devoir, chien de garde / La grève d’Asbestos 84
La venue d’un nouveau chef libéral 85
Membre de l’équipe éditoriale / Correspondant parlementaire à Ottawa 88
La conférence sur les amendements constitutionnels de Québec 90
L’autonomie en danger 92
Louis Saint-Laurent et le fer de l’Ungava 94
La tournée du Québec 95
Une année d’élections générales 96
Loi concernant E. et A. Leduc Limitée 97
Les élections générales de 1952 98
Une session sous le signe de l’impôt provincial? 99
L’oubli de Duplessis d’honorer la mémoire d’Henri Bourassa 100
Le bill 34, le pire projet de loi jamais adopté 101
L’arrivée de Georges-Émile Lapalme à l’Assemblée législative / Le journaliste d’enquête 104
Des irrégularités sur le chantier du barrage de la rivière Bersimis 105
Duplessis invective le correspondant du Devoir 106
La Loi de l’impôt sur le revenu bien accueillie 108
Financer la construction d’une école à Maillardville / Une procédure parlementaire à dépoussiérer 110
Le phénomène de la collaboration entre unionistes et libéraux fédéraux 112
L’Union nationale, un parti vieilli et dépassé 113
La vengeance de Duplessis s’abat sur la famille Leduc-Laporte 114
Les typographes du Devoir en lock-out 115
L’effet néfaste du bill 34 117
Une opposition libérale vigoureuse 118
Les Amis du Devoir lancent une nouvelle campagne de souscription 119
Journaliste de combat à Vrai 121
Les élections ne se gagnent pas avec des prières 123
Correspondant parlementaire à Ottawa 125
Laporte et Rumilly croisent le fer 126
Au cœur de la campagne électorale fédérale 128
Retour sur la colline parlementaire à Québec 131
Une province qui se contente de miettes 132
Le congrès à la direction du Parti libéral provincial 134
Le scandale du gaz naturel 135
Duplessis explose et menace 136
Le correspondant du Devoir ne désarme pas 139
Le piètre rôle du député à l’Assemblée législative 141
La fin de l’ère Duplessis 143
Auteur du Vrai Visage de Duplessis 144
Le désormais de Paul Sauvé 146
Antonio Barrette, premier ministre du Québec 147
Les sessions Sauvé et Barrette / Une campagne électorale au rythme effréné 149
L’élection des libéraux en 1960 152
Un menu législatif substantiel et novateur 154
Laporte quitte ses fonctions de correspondant parlementaire 155
L’ouverture de la Maison du Québec à Paris 156
Le départ du Devoir 157
CHAPITRE III • Directeur de L’Action nationale. 1954-1959 159
Un nouveau directeur 160
Une revue à réorganiser 163
Laporte prend la direction de L’Action nationale 164
Les deux crimes de l’Ungava 165
Georges-Henri Lévesque dans la mire de Laporte 166
Les Canadiens français en mal de démocratie, selon Pierre Elliott Trudeau 167
Vers une révolution… 168
Laporte lance l’enquête de 1955 en réplique à Louis Saint-Laurent 169
La CCF et les droits linguistiques des Canadiens français 170
La bataille contre le Queen Elizabeth Hotel 172
Centralisation et unité nationale 174
L’affaire du Château Maisonneuve 175
Nouvelle escarmouche entre \ntraditionalistes et néo-nationalistes 176
Le directeur de L’Action nationale fait le saut en politique active 177
Les écoles françaises de la Colombie-Britannique 179
Des querelles qui s’enveniment 180
Un appel à l’unité des forces nationalistes 183
200 ans après la Conquête 184
Laporte quitte la direction de la revue 187
CHAPITRE IV • Révolutionnaire tranquille. 1956-1966 191
Laporte, candidat indépendant dans Montréal-Laurier 192
Le candidat Laporte et la question ouvrière 197
Le feu à la maison ! 200
L’appui de Filion, Léger et Laurendeau 201
La réélection de l’Union nationale 202
Aux côtés de Jean Drapeau en 1957 204
Laporte, candidat libéral dans Chambly 208
En campagne électorale 210
Pas un député portillon ! 212
Une majorité écrasante 213
Une entrée remarquée à l’Assemblée législative 214
Un député actif 219
La Ville de Jacques-Cartier en tutelle 222
Une étoile montante au sein du gouvernement Lesage 226
L’élection de 1962 227
Trop, trop vite ? 228
L’affaire du tracteur 247
Un vote de confiance 251
L’entrée au cabinet 253
La question constitutionnelle 256
Un ministre des Affaires municipales actif 260
L’urbanisme au cœur des priorités du nouveau ministre 263
Le financement des municipalités au cœur d’un combat autonomiste contre Ottawa 264
La souplesse de Lester B. Pearson 266
Une autonomie municipale remise en question 269
Le temps des regroupements municipaux 271
Une île, une ville ? 273
Sur l’île Jésus : de douze municipalités à une ou deux ! 277
L’habitation 281
De Montréal à Laval 282
Une ombre communiste sur l’île Jésus 284
Une seule municipalité sur l’île Jésus 286
Johnson dénonce Laporte avec virulence 287
Un ministère en pleine transformation 289
Ministre des Affaires culturelles 290
Hommage à Georges-Émile Lapalme 292
Pour une politique culturelle 293
La collaboration culturelle franco-québécoise 296
De Cambronne… à Malraux 297
Soutien aux minorités francophones d’Amérique du Nord 298
La primauté de la langue française 300
Des actions diverses 302
Leader parlementaire 303
L’expulsion d’Yves Gabias 308
Mon oncle Pierre 311
Le patronage sous l’Union nationale… \net le Parti libéral du Québec 313
Une première refonte électorale 315
Les élections générales de 1966 316
De province à État du Québec 317
Une défaite amère 319
CHAPITRE V • De l’opposition au pouvoir. 1966-1970 / Leader de l’opposition et whip 323
La campagne de la peur de l’Union nationale 325
Les réformes parlementaires 327
La bataille contre le bill 25 330
Tempête autour du bill 67 332
La visite du général de Gaulle 335
Retrait du projet de loi 67 et diversion autour de la visite du général 336
Un hommage à Daniel Johnson 337
Critique en matière d’affaires municipales / L’Union nationale responsable de la faillite du regroupement municipal 338
Pour un coup de balai démocratique ! 340
Critique en matière de culture 341
Une loi sur le cinéma rétrograde et inacceptable 343
Les caisses électorales, ça ne presse jamais! 344
Une question linguistique explosive 350
Appui des libéraux au projet de loi 63 352
Des lendemains d’élections difficiles au sein du PLQ 354
Guerres intestines entre les mouvances nationaliste et fédéraliste du PLQ 356
L’indépendance, une solution sans retour 361
Un appui à Pierre Elliott Trudeau qui dérange… 363
De l’opportunisme gluant de certains libéraux… 364
Un directeur qui pèche par opportunisme? 365
Le virage fédéraliste du PLQ et de Pierre Laporte 366
La course à la direction du PLQ 367
Changement de cap 377
Le problème du financement 381
Le programme de Pierre Laporte 385
Un plongeon doctrinal 389
Dire non à la rue Saint-Jacques 390
Des sondages dévastateurs… 392
Une fin de campagne difficile 394
Quinze députés qui voient rouge 396
Le congrès 397
Laporte offre son expérience 403
La piastre à Lévesque 404
Ministre du Travail et de la Main-d’œuvre, ministre de l’Immigration et leader parlementaire 407
CHAPITRE VI • Une fin tragique / L’enlèvement de Pierre Laporte 415
Une première lettre de Laporte à Bourassa 416
Une deuxième lettre 418
Lettre de Laporte à sa femme Françoise 420
L’inquiétude de Françoise Laporte 421
Lévesque propose un front commun pour dénouer l’impasse dans les négociations 422
La proclamation de la Loi sur les mesures de guerre en temps de paix / La tentative d’évasion et la mort de Pierre Laporte 423
La découverte du corps / Stupéfaction et hommages 425
Lévesque dénonce les ravisseurs 428
Trois jours de deuil national 431
Des lieux en mémoire à Pierre Laporte / Hommage à l’Assemblée nationale 433
Les théories du complot d’Ottawa 434
L’affaire Laporte 438
L’intégrité rétablie de Pierre Laporte 441
Conclusion 445
Médiagraphie 453
Index 455
Table des matières 463

Voir toute la table des matières

Ce livre a fait parler de lui :

  • Peu d'historiens se sont intéressés au parcours journalistique et politique de Pierre Laporte. Voilà pourquoi il faut saluer le travail remarquable de Jean-Charles Panneton. Au terme d'une recherche rigoureuse qui s'est étirée sur plus de six ans, cet historien originaire de Trois-Rivières redonne la place qu'il mérite dans notre album de famille à celui qui fut assassiné le 17 octobre 1970, lors de la crise d'Octobre.

  • L'intérêt de ce livre, c'est qu'on nous fait connaître le personnage.

  • Double victime tragique des dérives extrémistes du Front de libération du Québec (FLQ) en octobre 1970, il perd d'abord la vie, puis son legs et sa mémoire journalistique et politiques, emportés par cette douleur collective nationale qui l'a remisé aux oubliettes de l'histoire politique pour tout exutoire d'un malaise profond et inexplicable. L'ouvrage de Panneton, impeccable biographie politique et travail d'érudition, aura le mérite de restaurer le personnage et de le réhabiliter dans l'histoire politique du Québec. À lire absolument.

  • Pierre Laporte a été assassiné deux fois, conclut Jean-Charles Panneton dans la biographie du politicien martyr de la Crise d'octobre 1970. Une première fois par les ravisseurs voyous (le mot est de l'efficace préfacier Gilles Lesage) de la cellule felquiste des frères Rose. Une seconde fois par l'oubli dans lequel on l'a plongé - sorte de refus de se souvenir de ce journaliste et politicien fougueux, mais soupçonné d'avoir frayé avec le monde interlope. "Certains théoriciens du complot, comme Pierre Vallières, laissent entendre qu'il l'aurait presque cherchée, sa première mort", s'indigne Panneton.

  • Le parcours biographique et historique proposé par Jean-Charles Panneton comble [...] une lacune majeure dans l'historiographie québécoise.


    En somme, le Pierre Laporte de Panneton révèle avec une documentation précise et une rigueur constante la place exacte qu'occupe Laporte, successivement journaliste et ministre, dans l'histoire du Canada français et du Québec.

  • Un ouvrage très très très complet.

  • Oeuvre méritoire que ce Pierre Laporte de Jean-Charles Panneton : la fin tragique de l'homme, un jour d'octobre 1970, a totalement éclipsé sa carrière, effaçant de notre mémoire l'audacieux journaliste des années 50 opposé à Duplessis, le réformateur nationaliste des années 60 à l'avant-plan du gouvernement Lesage.


    Par ce parcours journaliitique et politique, Panneton désirait inscrire le rôle et l'oeuvre de Pierre Laporte dans la trame historique contemporaine du Québec. Nous pouvons affirmer "Mission accomplie".

  • Grâce à Panneton, Pierre Laporte ne se résume plus à une mort spectaculaire et injuste : il reçoit enfin le crédit que méritent ses enquêtes journalistiques et un bilan politique plus que respectable.

  • Quarante-cinq ans et des poussières après la crise d'Octobre, qui s'est soldée par la mort tragique de Pierre Laporte, il fait bon lire la biographique éponyme que lui a consacrée l'historien Jean-Charles Panneton. Car qui connaît vraiment l'homme politique et le journaliste ouvertement opposé à Duplessis, au-delà de sa fin injuste ? De nombreux médias l'ont souligné à la sortie du livre : Laporte a été doublement assassiné, à la fois victime de ravisseurs felquistes et de l'oubli collectif, et c'est précisément ce à quoi remédie Panneton. Avec rigueur et minutie, il s'emploie à lui donner la place qui lui revient dans notre histoire, comme personne ne l'avait fait avant lui.

Auteur

Suggestions