Livraison gratuite au Québec à l’achat de 2 livres et plus Panier (0) Aide

Dernière Escale

Journal 2004-2005

  • 29,95 $PapierISBN: 9782894484760
  • 21,99 $PDFISBN: 9782896644360

    Le format PDF est un fichier électronique du livre, qui pourra être téléchargé sur votre poste, le téléchargement sera possible pour les 48 heures suivant l’achat. Votre nom ainsi que le copyright apparaîtront en filigrane et en bas de chaque page du fichier PDF.

Le navire a été lancé le 7 mars 1927. C'était un lundi. Le bâtiment n'avait guère navigué quand il partit pour un long voyage. Vingt ans plus tard, il eut besoin d'un gros radoub avant de se remettre en route. Il fit escale en France, en Italie, en Suisse, en Afrique, en Russie, en Amérique du Sud. Ô Paris ! Ô Rome ! Ô Fribourg ! Ô Cotonou ! Ô Moscou ! Ô Leningrad ! Ô Valparaïso ! Ô Québec ! Ô Chicoutimi ! Tout au long de ses périples, bien des passagers sont montés à bord; plusieurs sont descendus ; d'autres sont morts. Le présent volume contient le livre de bord du dernier voyage. Le navire est maintenant à quai. Sa cargaison n'est pas encore déchargée, mais le dégréement est commencé.


Avec Dernière Escale, je publie la neuvième tranche d'un journal que je tiens depuis plus de 45 ans, parfois de façon fort irrégulière et je le regrette. Un ami me disait qu'il trouvait funèbre le titre de cette tranche. Je lui répondis qu'un homme de mon âge a connu bien des déplacements, bien des changements d'orientation et même de carrière. Passer du ministère de l'Éducation à La Presse et de La Presse au Campus Notre-Dame-de-Foy, par exemple, furent des changements importants, mais aucun de ces changements n'a été vécu comme une dernière escale. Tandis que passer de la résidence Champagnat du Campus Notre-Dame-de-Foy (où j'étais un simple locataire retraité) à une chambre d'infirmerie, cela s'appelle une dernière escale.


Le temps, c'est la mer qui filerait sous le bateau immobile. Nous ne bougeons pas et le voyage nous traverse à toute vitesse. - Jean Cocteau


Voilà donc mon navire à quai. À Dieu vat!


Jean-Paul Desbiens est né à Métabetchouan au Lac-Saint-Jean en 1927. En 1961, il a reçu le prix Liberté pour Les Insolences du Frère Untel, un ouvrage qui a connu un immense succès et qui a valu à son auteur un séjour à Fribourg où il a obtenu un doctorat. Il fut l'un des responsables de la création des cégeps avant de devenir éditorialiste au journal La Presse. Il retourna par la suite au monde de l'enseignement d'où il a suivi l'actualité d'un regard critique. Il est décédé le 23 juillet 2006.

Table des matières

Dernière Escale 1
ANNÉE 2004 7
ANNÉE 2005 127
Document no 1: TÉMOIGNAGE FAIT AUX OBSÈQUES DU TRÈS REGRETTÉ FRÈRE ANDRÉ CÔTÉ, fms par M. MARTIN MPANA, ministre plénipotentiaire, haut-commissaire adjoint du Cameroun au Canada 239
Document no 2: La réforme des cégeps 243
Document no 3: Pour un ordre professionnel des enseignants 249
Document no 4: Messe commémorative de Janusz Chwaluczyk (1930-2004) 253
Document no 5: Célébration de la récolte (UQÀM, 17 octobre 2004) 255
Document no 6: Hommage à Marie-Victorin 259
Document no 7: 73e congrès annuel de l’ACFAS, Université du Québec à Chicoutimi (colloque sur le patrimoine scolaire, 12-13 mai 2005) 263
Index onomastique 273
Table des matières 283

Voir toute la table des matières

Ce livre a fait parler de lui :

  • Par le style et la présence, Desbiens est grand.Par la pertinence? Pas toujours; il s’en faut de beaucoup. Il s’est finalement trop cabré contre la modernité.


    Desbiens épingle sans se gêner progressistes, syndicalistes, «péquiss», « féfis», féministes, « anti-boucane», anti-américains, etc.

Auteur

Autre ouvrage

Suggestions