Livraison gratuite au Québec à l’achat de 2 livres et plus Panier (0) Aide
  • 29,95 $PapierISBN: 9782894485743
  • 21,99 $PDFISBN: 9782896645268

    Le format PDF est un fichier électronique du livre, qui pourra être téléchargé sur votre poste, le téléchargement sera possible pour les 48 heures suivant l’achat. Votre nom ainsi que le copyright apparaîtront en filigrane et en bas de chaque page du fichier PDF.

Entre 1939 et 1944, un certain Maxence publie dans le quotidien trifluvien des billets d'humeur.

Durant cette période, Trois-Rivières est toujours le fief de Maurice Duplessis, mais le «Chef» a repris son rôle de leader de l'opposition officielle. C'est une ville ouvrière, besogneuse, à l'image du reste de la province, mais aussi «la ville de la liberté». Trois-Rivières, «mollement assise au bord du fleuve qui coule à ses pieds, mène une vie paisible et sans fracas» nous écrit Maxence.

À Trois-Rivières comme ailleurs c'est l'époque de la censure, du rationnement, des efforts de guerre. C'est aussi le temps des suffragettes qui militent encore au Québec pour obtenir le droit de vote.

Maxence, c'est nul autre que Fernand Gagnon, reporter, chroniqueur municipal, courriériste parlementaire, éditorialiste, rédacteur en chef et directeur-gérant du quotidien Le Nouvelliste de 1955 à 1958.


«Parmi les grands problèmes dont se préoccupent, sans les solutionner, les meilleurs cerveaux, les sociologues, les politiciens et les économistes, se trouve le travail féminin. À débattre cette brûlante question, on ne réalise d'ailleurs que trop sa complexité décevante. Le travail féminin restera le sujet de conférence le plus passionnant, la controverse préférée des guérisseurs de la plaie du chômage. Indispensable au foyer, la femme est un luxe au bureau, un luxe dont on ne saurait se passer. Je gage que ceux qui m'auront lu jusqu'ici iront penser que je parle ainsi parce que les femmes ont maintenant le droit de vote.»

Maxence, le 18 avril 1940.

Table des matières

Les Billets de Maxence, 1939-1944 1
Préface 7
Remerciements 9
Avant-propos 12
Sur la route de Maxence… ou la naissance d'un projet 18
Les billets de Maxence. 1939-1944 23
Billets – 1939 25
Billets – 1940 68
Billets – 1941 211
Billets – 1942 315
Billets – 1944 354
Épilogue en image 384
Index thématique et terminologique 391
Table des matières 403

Voir toute la table des matières

Ce livre a fait parler de lui :

  • L'ouvrage intéressera donc tous ceux et celles qui s'intéressent à l'histoire et à la société québécoise des années 1940.

  • Même si Maxence n'a connu qu'un succès, disons local de ces billets d'humeur, aujourd'hui c'est tout le Québec qui peut prendre connaissance de l'oeuvre colossale de Gagnon. Ce livre est une trace historique de 1939 à 1944 d'un homme aux multiples talents qui possédait une réelle plume littéraire. Un livre inattendu et enrichissant.

  • Les Billets de Maxence, c'est de la lecture heureuse et cocasse, réfléchie et rigolote, souvent impertinente et parfois même un peu méchante dans un contexte historique précis, un trésor pour découvrir l'histoire du Québec tout en se bidonnant.

  • Un livre que je vous suggère.

  • Fernand Gagnon, sous le pseudonyme de Maxence, a aussi publié, dans le Nouvelliste, entre 1939 et 1944, 239 billets dont la qualité littéraire est remarquable. En les présentant comme "une chronique d'anecdotes trifluviennes et de réflexions, petites et grandes", Pierre Gagnon fait presque preuve de trop de modestie au nom de son père. Sans être tous relevés, ces billets transcendent nettement l'anecdote régionale, rarement évoquée avec précision d'ailleurs, pour atteindre au statut de brèves méditations étonnamment bien tournées, compte tenu du rythme de publication.

  • L'intérêt de ce livre est double : il permet de relire la production d'un journaliste de province en temps de guerre et donne par ailleurs un écho significatif à la vie quotidienne et aux mentalités dans une région qui n'est ni Montréal, ni Ottawa, ni Québec. Il faut souligner l'immense travail de recherche bibliographique et de compilation réalisé par la bibliothécaire Louise Tousignant et la pertinence du fils de Maxence, Pierre Gagnon. L'édition est judicieusement annotée, ce qui rend possible une mise en contexte utile.


    Ces billets forment incontestablement un ensemble cohérent, comme une chronique sur les années de guerre vues du Québec.

Auteur

Suggestions