Livraison gratuite au Québec à l’achat de 2 livres et plus Panier (0) Aide

Curieuses histoires de plantes du Canada, tome 3

1760-1867

, et

  • Livre non disponible.

EN LIBRAIRIE LE 7 MARS 2017

Entre 1760 et 1867, malgré de grands bouleversements dans le pays, des femmes et des hommes déploient des efforts importants pour mieux connaître les plantes du Canada et leurs usages. Après l'ère des explorations et des découvertes, c'est la science qui prend tranquillement la place. Un botaniste allemand, qui a eu en mains des plantes récoltées lors de la fameuse expédition de Lewis et Clark, veut rédiger une flore canadienne. Une mère de 10 enfants trouve le temps d'herboriser et d'enrichir des collections de spécimens canadiens. Le plus grand peintre naturaliste de son époque, James Audubon, étudie les oiseaux et les végétaux dans la région de Natashquan. Trois prêtres canadiens-français deviennent célèbres: le premier pour son ouvrage sur la flore canadienne, le deuxième pour sa carrière de professeur de botanique à la toute nouvelle Université Laval et le troisième pour son remède populaire gratuit à base de plantes.

Ce troisième tome présente 29 histoires personnalisées selon l'approche des ouvrages précédents en mettant en scène des personnages fascinants qui nous guident dans la découverte de plantes aux usages multiples et étonnants.

Table des matières

Curieuses histoires de plante du Canada, tome 3. 1760-1867 1
Remerciements 9
Avant-propos : quelques mots 11
DÉCOUVERTES ET USAGES DE PLANTES DU CANADA DE 1760 À 1867 13
Quelques repères et quelques personnages 14
Survol et éléments de contexte historique 18
1766, côte du Labrador sur le détroit de Belle Isle. un naturaliste fortuné et quatre bières d’épinette 27
1785, Baie-Saint-Paul et ailleurs au Bas-Canada. Des plantes, dont la ciguë très toxique, pour aider à traiter une forme de syphilis 33
1788, Londres. On discute de chanvre au Canada en présence de l’archevêque de Canterbury 39
1788-1805, Bas-Canada. Deux fournisseurs de plantes pour le président de la société royale : un médecin et un as récolteur 45
1792, du Richelieu à la Rupert. Un botaniste jardinier soupçonné de subversion explore le lac Mistassini 54
Vers 1805, Catsfield, Sussex, Angleterre. Un riche amateur d’observations phénologiques prépare une flore canadienne 64
1806, Bas-Canada. un touriste culturel observe les végétaux 70
1806, France. L’érable rouge et l’érable argenté sont très communs 79
1816-1820, Canada. Un botaniste allemand, ­connaissant bien les plantes de l’expédition de Lewis et Clark, herborise pour sa flore canadienne 82
1817-1819, Bas-Canada. Une primevère de Lévis et des orchidées de Montréal expédiées en Écosse 90
1818, Pointe-Aux-Trembles, district de Québec. Un curé vante les mérites de la salsepareille ­antivénérienne et de la courvaline 103
1820-1825, Montréal. Le premier doyen de médecine de l’université McGill se plaît à récolter des plantes 111
1824, Québec. Une nouvelle société savante et un couple dédié à la botanique 118
1827-1828, Québec. La comtesse herborise pendant que son mari fait face à une pétition de 87 000 mécontents 134
1828, Québec. Une mère de 10 enfants trouve le temps d’herboriser et d’honorer son nom de jeune fille 142
1829, entre les rivières Saint-Maurice et des Outaouais. Une exploration scientifique assaisonnée d’herbes salées et de belles fleurs 149
1833, Natashquan. Un artiste à la recherche de nouvelles espèces d’oiseaux a le souci des végétaux 156
1835, Montréal. Un pépiniériste, féru de botanique, ne craint pas les feux d’artifice de ses compétiteurs 167
1840, Londres. Un naturaliste de retour des cantons de l’est publie un premier livre à succès 173
1847, des chutes Niagara aux chutes Montmorency. Des explorations botaniques pour refaire sa santé 181
1847, Grosse-Ile. Un achalandage sans précédent à la station de quarantaine à cause des patates d’Irlande 189
1855, Paris. Entre deux expositions universelles à Londres, des végétaux du Canada à voir dans la ville lumière 200
1858, La Tabatière, Côte-Nord. De la petite épinette noire pour le thé. 215
1858, Québec. Rencontre au sommet d’un réputé botaniste américain et d’un joyeux Gaillard 218
1858, Saint-Joachim (Montmorency). Le futur fondateur de la revue le naturaliste canadien n’a pas que des amis 222
1859, Montréal. On s’interroge sur les oignons des jésuites trouvés dans le nord 237
1860, Université Harvard. Un médecin passionné par l’histoire encyclopédique des plantes 242
1861, près de New Liverpool et de l’île d’Orléans. On arrache de belles fleurs à profusion 247
1861, Londres. Des inspirations pour un futur jardin botanique à Québec 255
Quelques premières 266
Mot de la fin 271
APPENDICES 273
APPENDICE 1 • Sélection de plantes vasculaires décrites comme nouvelles pour la science au Canada (Québec) par André Michaux lors de son voyage en 1792 et de spécimens justificateurs dans son herbier au muséum national d’histoire naturelle de Pa 274
APPENDICE 2 • Récoltes et mentions de plantes signalées pour l’île d’Anticosti par Frederick Pursh en 1818, selon diverses sources 283
APPENDICE 3 • Une soixantaine de plantes du Canada, selon John Goldie en 1827, qu’il a observées ou récoltées entre 1816 et 1819 284
APPENDICE 4 • Trente-deux plantes en situation précaire au Québec dans le catalogue de l’herbier d’Andrew Fernando holmes compilé par James Barnston en 1859 286
APPENDICE 5 • Plantes mentionnées pour la région de Charlevoix, Québec, dans la lettre d’octobre 1829 d’Harriet Sheppard à William Jackson Hooker et autres récoltes retracées 287
APPENDICE 6 • Dix-sept plantes avec le mot canadien pour identifier certaines espèces de l’herbier de la comtesse Dalhousie 288
APPENDICE 7 • Plantes observées par la comtesse Dalhousie en 1827 dans la région des chutes de la Grande Chaudière de la rivière des Outaouais 289
APPENDICE 8 • Liste des plantes recueillies en grande partie par Anne Mary Perceval en 1823 dans la région de Québec et envoyées au botaniste américain William Darlington en 1826 sous forme d’album 292
APPENDICE 9 • Catalogue des plantes et bruyères recueillies durant l’expédition du Saint-Maurice en 1829, selon Ingall 298
APPENDICE 10 • Les noms algonquins de 15 plantes, selon la ­publication de W. S. M. d’Urban en 1861 302
Index 303
Table des matières 310

Voir toute la table des matières

Auteurs