Livraison gratuite au Québec à l’achat de 2 livres et plus Panier (0) Aide

Tentation américaine (La)

1774-1783

  • 29,95 $PapierISBN: 9782894484845
  • 21,99 $PDFISBN: 9782896644469

    Le format PDF est un fichier électronique du livre, qui pourra être téléchargé sur votre poste, le téléchargement sera possible pour les 48 heures suivant l’achat. Votre nom ainsi que le copyright apparaîtront en filigrane et en bas de chaque page du fichier PDF.

Louis XV avait dû en 1763 céder le Canada à l'Angleterre, mais tout de suite après la Guerre de Sept Ans, la France guette l'occasion de la revanche. Cette occasion se présente bientôt avec la révolte des Colonies américaines. Louis XVI en 1778 entre en guerre contre l'Angleterre. Si celle-ci est défaite, la France voudra-t-elle reprendre le Canada ? Les nouveaux États-Unis tenteront-ils de se l'annexer ? Les Canadiens essaieront-ils de former une nation libre ?

Or, politique inattendue et secrète : pour limiter l'expansion des États-Unis ses alliés, et leur faire sentir le besoin de lui rester fidèles, la France tient à ce que le Canada demeure colonie britannique pour laisser au nord sur les Américains une menace permanente. Quant au Canada, il ne tente pas de se délivrer de sa métropole anglaise.

Jeu de politique internationale dont l'historien Trudel rappelle ici avec commentaires les textes essentiels.


Né en 1917, ancien professeur des Universités Laval, Carleton et Ottawa, « visiting professor » à l'Université Harvard où il a fait un stage de recherches pendant deux ans sur l'histoire canado-américaine, Trudel a publié une cinquantaine de volumes sur l'histoire du Canada. Il est membre de l'Académie des Lettres du Québec, grand-officier de l'Ordre national du Québec, officier de l'Ordre du Canada et chevalier de l'Ordre national du Mérite (France).

Table des matières

La Tentation américaine 1
Table des cartes 7
Avant-propos 9
Introduction 11
TEXTES 15
I. Le Congrès général des Colonies-Unies aux Canadiens (26 octobre 1774) 17
II. Le Comité de Correspondance de Boston aux Canadiens (21 février 1775) 40
III. Les habitants de Montréal au Comité de Sûreté du Massachusetts (8 avril 1775) 46
IV. Le colonel américain Ethan Allen aux marchands de Montréal (18 mai 1775) 50
V. Mandement de l’évêque Jean-Olivier Briand sur l’invasion des Américains (22 mai 1775) 52
VI. Lettre d’émissaires américains au président de la Chambre d’Assemblée du Connecticut (23 mai 1775) 55
VII. Le Congrès général des Colonies-Unies aux Canadiens (29 mai 1775) 58
VIII. Le Congrès provincial du New York aux Canadiens (2 juin 1775) 62
IX. Les officiers américains Ethan Allen et James Easton aux Canadiens (4 juin 1775) 65
X. Le Congrès provincial du New York aux marchands du Canada (12 juin 1775) 69
XI. Le général américain Philip Schuyler aux Canadiens (5 septembre 1775) 72
XII. Le général en chef des Colonies-Unies, George Washington, aux Canadiens (7 septembre 1775) 76
XIII. Instructions du général des Colonies-Unies, George Washington, au colonel américain Benedict Arnold (14 septembre 1775) 81
XIV. L’officier américain Ethan Allen aux habitants de Montréal (25 septembre 1775) 88
XV. Le général américain Richard Montgomery aux habitants de Montréal (12 novembre 1775) 90
XVI. Le général américain Richard Montgomery refuse pour Montréal un traité formel de capitulation (12 novembre 1775) 92
XVII. Les habitants des faubourgs de Montréal au général américain Richard Montgomery (le ou vers le 12 novembre 1775) 101
XVIII. Le général américain Richard Montgomery à une délégation des Trois-Rivières (20 novembre 1775) 104
XIX. Le général américain Richard Montgomery aux habitants de Québec (vers le 6 décembre 1775) 106
XX. Mandement de l’évêque Jean-Olivier Briand, ordonnant un «Te Deum» pour célébrer la défaite américaine à Québec (31 décembre 1775) 108
XXI. Le Congrès général des Colonies-Unies aux Canadiens (24 janvier 1776) 110
XXII. Instructions du Congrès général des Colonies-Unies aux commissaires nommés pour le Canada (20 mars 1776) 115
XXIII. Appel de Simon Sanguinet aux Canadiens (mars 1776) 121
XXIV. Mandement de l’évêque Jean-Olivier Briandannonçant un «Te Deum» pour célébrer la levée du siège de Québec (12 mai 1776) 125
XXV. Compliment du grand-vicaire Étienne Montgolfier au gouverneur général du Canada, Guy Carleton (12 juin 1776) 128
XXVI. Mandement de l’évêque Jean-Olivier Briand sur les Canadiens qui ont pris le parti des Américains (au cours de l’année 1776) 131
XXVII. Mandement de l’évêque Jean-Olivier Briand pour l’anniversaire de la défaite américaine à Québec (29 décembre 1776) 144
XXVIII. La France décide en secret de laisser le Canada à l’Angleterre pour retenir les Américains dans son alliance (29 mars 1778) 148
XXIX. Proclamation aux Français d’Amérique par le comte Henri d’Estaing, au nom du roi de France (28 octobre 1778) 152
XXX. Proclamation fictive du général Marie-Joseph Motier de Lafayette, annonçant aux Canadiens une invasion de leur pays (31 août 1780) 158
XXXI. Par le traité de 1783, le Canada reste britannique, mais diminué d’une large partie de son territoire au profit des États-Unis (3 septembre 1783) 163
Bibliographie 169
Table des matières 177

Voir toute la table des matières

Ce livre a fait parler de lui :

  • Dans La Tentation américaine, l'historien Marcel Trudel réunit avec bonheur ceux de ces textes qui ont survécu, plus quelques autres relatifs à la même séquence historique. En tout, 31 documents, reproduits dans leur langue originale (les textes anglais accompagnés de leur traduction française si celle-ci est d'époque), tous précédés d'une brève présentation.

    Dans cet ouvrage, Trudel révélait aux lecteurs canadiens que la France, bien qu'officiellement alliée aux États-Unis à partir de 1778, avait secrètement cherché à maintenir le Québec au sein de l'empire britannique, de façon à exercer une pression sur son allié. Dans la conception historique des années 40 au Québec, il s'agissait en quelque sorte d'un second «abandon» du Canada par la France, quinze ans après la cession de la Nouvelle-France. Trudel ne manque pas, dans La Tentation américaine, de nous rappeler cette découverte (trois fois plutôt qu'une). Mais il évite en général les interprétations et se contente la plupart du temps de situer chaque document dans la trame des événements.

  • Au lieu de raconter l'histoire, Marcel Trudel laisse parler des textes d'époque soigneusement choisis.

Auteur

Autre ouvrage

Suggestions