Nos livres font parler d'eux

Les Éboulements

« Un ouvrage très intéressant dans lequel on comprend à quel point le fleuve St-Laurent a été central dans le développement de cette portion-là de Charlevoix, à quel point les gens des Éboulements sont liés par le cordon du cœur au fleuve St-Laurent. »

Alexandre Duval, Première heure (SRC Québec)

Les Éboulements

« Michel Desgagnés est auteur, ethnologue et spécialiste de ce type de navires [les goélettes]. Il retrace l’histoire maritime de sa région natale dans son ouvrage Les Éboulements. Trois siècles de relations avec le fleuve. »

Stéphan Bureau, Bien entendu (Radio-Canada)

Condition québécoise (La)

« J’ai trouvé plutôt audacieuse la proposition que [Jocelyn Létourneau fait] avec ce livre de revisiter l’histoire québécoise pour la raconter de façon un peu plus décomplexée […] [Il] nous propos[e] matière à réflexion »

Alexandre Duval, Première heure (SRC Québec)

Éditions Marabout, Bob Morane et le Québec (Les)

« L’ouvrage de Jacques Hellemans a le grand mérite de faire redécouvrir à la Belgique un pan important de son histoire littéraire. Il retrace de manière agréable, fluide et détaillée un succès d’une ampleur incroyable. L’ouvrage est aussi un plaisir pour les yeux grâce à une abondante iconographie (documents rares, couvertures, photographies…) reproduite en couleur. »

François-Xavier Lavenne, Les Carnets et les instants

Condition québécoise (La)

« L’auteur nous offre une relecture de l’histoire du Québec, une belle virée sur les années passées qui ont bâti le Québec en traçant le parcours de la Nouvelle-France jusqu'à aujourd’hui. […] Un ouvrage très intéressant, bien documenté […] J’ai adoré ma lecture »

Martine Lévesque, Les Mille et une pages LM

Métier d'intendant en France et en Nouvelle-France au XVIIIe siècle (Le)

« L’ouvrage de Marie-Eve Ouellet est un livre original et innovateur. Il propose une analyse fine du fonctionnement de l’État à l’époque de la Nouvelle-France. Trois facteurs complémentaires rendent cet ouvrage méritoire. D’abord, la démarche comparative adoptée par l’auteure permet d’identifier les similitudes et les particularités de la fonction de l’intendant en Nouvelle-France par comparaison avec deux autres régions du royaume français, soit la Bretagne et la Touraine, tout en n’excluant pas à l’occasion d’intégrer d’autres exemples. Ensuite, la force de l’ouvrage réside dans son analyse fine des processus administratifs, démontrant ainsi le rôle de l’intendance comme pratique de gouvernance et ses conséquences sur l’immensité du territoire de la Nouvelle-France. Finalement, la variété et la quantité de sources originales dépouillées sont impressionnantes, sans compter que la riche iconographie, présentant divers documents rédigés par des intendants et d’autres institutions du royaume, permet d’humaniser cette pratique de gouvernance. »

Prix Clio (Québec), Société historique du Canada

La Noël au temps des carrioles

« Ce petit ouvrage nous fait découvrir la magie des Noëls d’antan à Québec en nous proposant un parcours accompagné par ce petit guide fort intéressant. Pour en apprendre davantage sur les traditions passées et redécouvrir la ville de Québec en hiver et pourquoi pas en été! »

Marie-Andrée Brière, Revue Héritage

Pierre Miville

« Pierre Miville, c’est une descendance actuelle estimée à plus d’un million de personnes. C’est le premier citoyen suisse à s’établir en Nouvelle-France comme maître-menuisier. Il devient capitaine de la seigneurie de Lauson où il vivra les vingt dernières années de sa vie. Miville est un homme au fort tempérament et c’est peu dire! Il fomente une sédition qui l’enverra en prison et le bannira à perpétuité de Québec. Mais il a plus d’un tour dans son sac et fera commerce avec Jean Talon pour qui il construit une grosse barque. De plus, malgré sa disgrâce, il mariera un de ses fils à une fille du roi issue de la noblesse de l’Île-de-France. Cette deuxième édition de l’ouvrage de Raymond Ouimet nous permet de mieux apprécier la vie de ce Suisse hors du commun. À lire.»

Marie-Andrée Brière, Revue Héritage

Condition québécoise (La)

« Dans son ouvrage La condition québécoise qui vient de sortir aux éditions Septentrion, Jocelyn Létourneau souhaite revisiter l’histoire du peuple québécois en prenant ses distances par rapport au récit convenu de l’évolution de la collectivité. Le but de l’historien est de raconter le Québec en se dédouanant des rapports traditionnels de force de l’envahisseur anglophone, entre autres, dans un objectif de se réapproprier l’histoire d’une façon libre mais surtout décomplexée. […] À qui s’adresse ce livre? À ceux qui veulent se détacher de mots trop souvent entendus, d’une sorte d’histoire formatée sans nuance et qui place les Québécois dans une situation d’opprimés. »

Perrine Gruson, L'Appel

Du Saint-Laurent au Rhin

« Ça se lit comme un journal.[…] J’aime beaucoup ce genre de livres historiques puisqu’on y suit au jour le jour les événements. »

Paul Ouellet, Radio Réveil (CIQI-FM)

Dernier assaut (Le)

« un récit à la fois historique et humain »

Stéphane Martin, Sorel Tracy Magazine

Condition québécoise (La)

« On apprend l’histoire des peuples, notamment du sien, au travers de récits articulés autour de dates, de basculements ou de ruptures jugés "historiques". Or, les changements de société surviennent lentement, estime l’historien Jocelyn Létourneau. Et le parcours du Québec est bien plus fait de "passages" que de ruptures, comme il l’expose dans son essai La Condition québécoise. »

Alexandre Vigneault, La Presse

Dernier assaut (Le)

« une biographie rigoureuse et soignée de Luc Bertrand qui nous incite à comprendre comment un Canadien français, à l’instar d’une dizaine de milliers d’autres de ses compatriotes, s’est senti interpellé, s’est porté volontaire pour une guerre lointaine, sans haine de l’ennemi, un remarquable essai remettant en valeur la participation non négligeable des Québécois francophones à la Grande Guerre de 1914-1918. »

Christian Vachon, Librairie Pantoute

Condition québécoise (La)

« En ces temps de confinement, qui nous forcent, bien souvent, à nous redéfinir et à nous regarder de plus près dans le miroir, si ce n’est dans le rétroviseur, le livre de Jocelyn Létourneau tombe à point. […] En d’autres mots, Létourneau entend démontrer que nous sommes autre chose qu’un peuple vaincu à la recherche de son indépendance. Notre histoire est composée de mille et une quêtes, de discours radicaux et de discours complaisants, qui s’inscrivent dans notre habitat particulier formé par l’autochtonité, l’européanité et l’américanité, auquel "il faudrait ajouter la catholicité romaine pendant la plus longue partie de son histoire". »

Jacques Lanctôt, Journal de Québec

« Les Ennemis français de la race anglaise »

« Même si l’on déteste le personnage qu’était Adam Thom, que ses idées sont grotesques et que la lecture de ce livre peut être choquante par moments, ces lettres sont très intéressantes à lire. Elles nous font comprendre un point de vue différent. Elles jettent également un éclairage nouveau sur la politique et la situation particulière du Québec. […] L’ouvrage débute par un avant propos riche en informations qui nous apprennent qui était ce cher Adam Thom. D’où il venait, ce qu’il faisait, avant qu’on puisse entamer la lecture de ses lettres adressées à Lord Gosford. […] Les Ennemis français de la race anglaise a été une lecture hyper intéressante et instructive, qui offre une image très claire des tensions que les deux colonies de l’époque ont dû affronter. De nombreuses notes accompagnent chaque page afin de permettre au lecteur de mieux saisir le contexte historique, les différents hommes qui ont marqué cette période et leur façon d’agir. C’est donc passionnant, puisqu’on apprend énormément de choses sur cette période de l’histoire, tant du point de vue social que politique. »

Guy Brisson, Mon coussin de lecture

Curieuses histoires du pont de Québec

« Ce livre est le résultat de découvertes récentes effectuées par l’auteur qui s’intéresse à l’histoire du pont de Québec depuis plus de 50 ans. On y retrouve de nombreux faits inusités qui ont tous un lien avec le pont de Québec qui possède une histoire riche en curiosités et en anecdotes de toutes sortes. »

Marie-Josée Turcotte, Magazine Prestige

Condition québécoise (La)

« Jocelyn Létourneau appartient à l’élite des historiens québécois. Ses livres brillent toujours par l’originalité de leur propos et par leurs qualités de style. Historien et interprète du parcours québécois, Létourneau explore notre passé avec l’intention affichée d’éclairer le présent afin de permettre un "passage à l’avenir" dans la fidélité et l’ouverture. L’analyse, chez lui, prend autant de place que les faits. »

Louis Cornellier, Le Devoir

Peur rouge (La)

« en lisant [...] La Peur rouge.  Histoire de l’anticommunisme au Québec, 1917-1960, ce qui nous effraie, rétrospectivement, ce n’est pas le péril communiste, mais l’imposant arsenal, tant législatif que répressif, qui est mis en place pour lutter contre lui, un arsenal patronné par les autorités ecclésiastiques, un arsenal maintenant détaillé, en long et en large, par l’historien Hugues Théorêt »

Christian Vachon, Librairie Pantoute

Métier critique

« Catherine Voyer-Léger analyse et discute sérieusement "notre rapport à la critique pour entreprendre une discussion de société qui dépasse les procès d’intention, les blessures d’orgueil ou les querelles de clocher." Métier critique met en perspective une profession essentielle à l’ensemble des composantes de la culture, son discours accompagnant les diverses productions ou en suggérant de nouvelles. »

Jean-François Crépeau, Le Canada français

Dernier assaut (Le)

« Luc Bertrand reconstitue l’époque de sa plume élégante et sensible, tout comme il esquisse une trajectoire humaine empreinte de doutes, de tourments et, parfois, de honte. De Jean Brillant, homme de pensée et d’action, il montre "les joies, les peines, la volonté de dépassement […], l’amour qu’il porte à sa famille et à son pays, la fierté qu’il a de servir au sein du 22e Bataillon, sa compassion à l’égard de ses hommes et son […] sens du devoir". »

Sébastien Vincent, Le Devoir

Félix Leclerc

« Les précieuses annexes de Frédéric Giuliano et Marc-André Goulet recensent les différents fonds d’archives contenant des manuscrits et des enregistrements inédits ; ces ressources permettront de prolonger les recherches sur un créateur hors du commun. »

Yves Laberge, Nuit blanche

Crimes et châtiments

« Crimes et châtiments est un petit ouvrage bien intéressant, illustré d’images, de cartes, de photographies d’époque et d’articles de journaux. Il offre un circuit historique qui nous permet de comprendre les particularités du système de justice québécois en vigueur du XVIIe au XIXe siècle. J’aime décidément beaucoup cette collection d’ouvrages aussi instructive que ludique, qui nous offre un tour d’horizon d’une ville, par l’entremise de sujets bien précis. En apprendre plus sur la justice d’antan nous offre un nouveau regard sur la justice d’aujourd’hui. »

Geneviève Bolduc, Mon coussin de lecture

Dernier assaut (Le)

« L’auteur Luc Bertrand nous trace le portrait d’un homme d’exception, qui a marqué la vie militaire canadienne. […] C’est vraiment une belle lecture qui m’a permis d’apprendre et de connaître le parcours de ce militaire canadien qui a combattu et laissé sa vie lors de la Première Guerre mondiale. Je vous recommande de lire ce documentaire qui permet de comprendre que malgré la plus grande distinction, Jean Brillant a su rester un homme simple et humble. »

Martine Lévesque, Les Mille et une pages LM

Félix Leclerc

« Félix Leclerc. Héritage et perspectives explore en détails les débuts et la professionnalisation du chansonnier. Il revisite son œuvre multidisciplinaire et analyse les nombreuses influences étrangères, surtout nord-américaines, qui ont modelé ses pièces. Le grand poète québécois est souvent cantonné au style de la chanson francophone, alors que son héritage va bien au-delà. Luc Bellemare, spécialiste de l’histoire de la musique au Québec, Jean-Pierre Sévigny, chercheur et historien, et Danick Trottier, professeur de musicologie à l’UQAM, nous invitent à réécouter avec des oreilles neuves cette œuvre magistrale. Leur ouvrage, qu’ils considèrent le plus complet sur le sujet, aide à comprendre l’origine du succès de Félix.»

, Continuité

Peur rouge (La)

« ce livre ne tombe pas dans les jugements à l’emporte-pièce qui visent à susciter un sentiment de supériorité du lecteur face aux élites du passé. Cette objectivité méthodologique nous permet de mieux juger par nous-mêmes de la justesse des mesures mises en place pour protéger le Québec et le Canada du communisme. […] La Peur Rouge est un livre très intéressant et j’en suggère ardemment la lecture. »

Francis Denis, Le Verbe

Infographies.quebec

« Voilà un recueil qui surprend autant par sa présentation à la fois attrayante, accessible, riche et rigoureuse! Cette véritable œuvre de génie, effervescente, époustouflante, voire stupéfiante saura ravir et répondre aux questions de tous ceux qui ouvriront ce coffre aux trésors.»

Jeannine Ouellet, Histoire Québec

Site archéologique du palais de l'intendant à Québec (Le)

« Ce livre qui fourmille d’informations et d’illustrations les plus diverses s’avère une œuvre incomparable permettant de découvrir la grande et la petite histoire de Québec et de sa région depuis des temps immémoriaux! À lire absolument! »

Jeannine Ouellet, Histoire Québec

Vaugeois-Frandeboeuf de la Bretagne à la Mauricie (Les)

« Dans Les Vaugeois-Frandeboeuf de la Bretagne à la Mauricie, l’enquête rigoureuse, indiscrète et implacable de Nicole Mauger révélera d’autres secrets de leur vie précédant leur départ pour la Nouvelle-France. À ne pas manquer! »

Jeannine Ouellet, Histoire Québec

À l'assaut de la Mauricie, 1858-1919

« Étude extrêmement bien étoffée de l’histoire d’une famille française débutant au milieu du xixe siècle! Aux sources historiques, notariales et généalogiques consultées habituellement se sont ajoutées les nombreuses notes tirées d’articles de diverses publications de l’époque. »

Jeannine Ouellet, Histoire Québec

Promenade en Enfer

« Abondantes références, quelques suggestions de lecture et de nombreuses illustrations permettent d’en savoir davantage sur cette collection bannie et pourtant préservée. En avant-propos, l’autrice se dit “subjuguée, hors du temps, plongée dans l’exploration de cette étonnante section et absorbée par la lecture de ces textes prohibés”. Puissent les lecteurs éprouver autant d’euphorie devant le récit de ses découvertes. »

Jeannine Ouellet, Histoire Québec