Nos livres font parler d'eux

Médecins et patriotes. 1837-1838

...dans l'introduction très étoffée de leur ouvrage Médecins et patriotes, dictionnaire érudit qui rassemble une centaine de notices biographiques, Marcel J. Rheault et Georges Aubin osent affirmer que, sans la participation de près de cent médecins, «il est fort probable que les soulèvements armés de 1837-1838 n'auraient pas eu lieu... »

Michel Lapierre, Le Devoir

Notaires et patriotes. 1837-1838

Comme le livre de Rheault et Aubin, l'ouvrage Notaires et patriotes, de Julien S. Mackay, renferme un riche dictionnaire biographique qui nous éclaire sur l'époque. À des médecins, comme Jean-Olivier Chénier et Cyrille Côté, s'ajoutent des notaires non moins célèbres, comme Chevalier de Lorimier et Joseph-Narcisse Cardinal.

Michel Lapierre, Le Devoir

Tentation américaine (La)

Dans La Tentation américaine, l'historien Marcel Trudel réunit avec bonheur ceux de ces textes qui ont survécu, plus quelques autres relatifs à la même séquence historique. En tout, 31 documents, reproduits dans leur langue originale (les textes anglais accompagnés de leur traduction française si celle-ci est d'époque), tous précédés d'une brève présentation.

Dans cet ouvrage, Trudel révélait aux lecteurs canadiens que la France, bien qu'officiellement alliée aux États-Unis à partir de 1778, avait secrètement cherché à maintenir le Québec au sein de l'empire britannique, de façon à exercer une pression sur son allié. Dans la conception historique des années 40 au Québec, il s'agissait en quelque sorte d'un second «abandon» du Canada par la France, quinze ans après la cession de la Nouvelle-France. Trudel ne manque pas, dans La Tentation américaine, de nous rappeler cette découverte (trois fois plutôt qu'une). Mais il évite en général les interprétations et se contente la plupart du temps de situer chaque document dans la trame des événements.

Christophe Horguelin, Le Devoir

Nouvelle-France. English Colonies.

C'est un livre extraordinaire, une excellente histoire narrative...


C'est enthousiasmant et réjouissant de lire ça...


... première étude faite sur les guerres intercoloniales depuis 1960."

André Cahmpagne, Radio-Canada

Cher Émile

Les lettres qui composent ce roman sont signées par Éric ou É. S’agit-il d’un roman autobiographique? Son contenu très intense et finement psychologique, voire émotif, pourrait le laisser croire. Mais la couverture indique bien que Cher Émile est un roman.


Pour lire la suite sur le site de L’express.

Paul-François Sylvestre, L’Express (Toronto)

Dictionnaire mondial des images

Tout fait image. L'image fait tout. Et plus encore avec le Net. Reste à décrypter. Laurent Gervereau propose l'arme absolue.

Président de l'Institut des images, Laurent Gervereau se consacre depuis vingt-cinq ans au décryptage du visuel et de tous les types d'images : les voir, les comprendre, les analyser. Ce qui le place à l'intersection de nombreuses disciplines, entre la sociologie de la communication, l'histoire de l'art et la "médiologie".[...]

Illustré mais pas plus qu'il ne faut (huit cents documents pour quatre cents entrées), le Dictionnaire mondial des images repose d'abord sur le texte, clairement présénté, pédagogique et souvent novateur. Il devrait permettre d'en finir avec le tourbillon du zapping en permettant à l'attention de se fixer et de réfléchir.

L'adjectif "mondial" se justifie pleinement : des auteurs venus de cultures et de lieux différents se retrouvent ici. Car l'image n'est jamais tout à fait la même selon l'histoire et l'expérience de celui qui la voit." 10 novembre 2006

, Livres Hebdo

Rousseau de Pohénégamook (Les)

Tenter de résumer en quelques lignes cette incroyable saga familiale s'avérerait une entreprise hasardeuse et injuste. La recherche est sérieuse et fouillée :toutes les sources disponibles ont été dépouillées et scrupuleusement analysées. Un index, une bibliographie exhaustive, plus d'une trentaine de pages de notes explicatives, de nombreuses photos, des copies de documents, des tableaux et des cartes complètent et enrichissent un texte déjà solidement construit et rédigé avec clarté et précision.


On croirait lire un roman !

Serge Laprade, Mémoires de la Société généalogique canadienne-française

Méditations sur la chasse

Un livre que tout chasseur curieux et tout défenseur de l’environnement se doivent de lire.

, Au fil des évènements

Voyage au Canada

Voici donc un livre qui nous a été caché pendant 200 ans, sous prétexte que son auteur avait jugé trop sévèrement les Indiens et les Canadiens français lors d'un Voyage au Canada dans les années l806, 1807 et 1808. C'est pourtant un document essentiel, qui contient tant de détails de la vie quotidienne dans la Province of Quebec qu'aucune personne un tant soit peu intéressée par l'histoire ne peut manquer de le prendre en considération. On trouvera de tout dans ce récit: le prix des denrées courantes, la description des loisirs (les "Canayens" aimaient la danse et les tours de carriole), une discussion sur le réchauffement du climat, un chapitre sur les pratiques agricoles, une nomenclature des métiers pratiqués dans le pays, une description des institutions politiques et religieuses. La traduction des Lambert's Travels nous ouvre une vitrine émouvante sur la vie de nos ancêtres, et l'on ne peut qu'être d'accord avec l'éditeur Denis Vaugeois: "Les Québécois sont partis de loin!"

Jacques Godbout, L’Actualité

Col romain et culottes de tôle

Avec sincérité et candeur, Alonzo Le Blanc nous livre un questionnement personnel sur la liberté, sur le bonheur, sur la véritable fidélité. Une trajectoire de vie à laquelle s'ajoutent, en filigrane, les échos d'une époque bouillonnante - premiers pas du mouvement souverainiste au Québec, changements dans le monde de l'éducation, ouverture sur le monde. Un document.

Christian Desmeules, Le Devoir

Amour du livre (L’)

Magnifiquement composé et mis en pages dans une maquette foisonnant d’illustrations et d’encadrés, cet ouvrage avait initialement été conçu pour un cours sur l’édition à l’Université Laval. Cette dimension pédagogique se reflète dans un ton personnel, déjà annoncé dans le titre de cet ouvrage. Car c’est bien d’amour du livre qu’il s’agit ici, un amour inconditionnel et bien compréhensible pour ces objets quasi magiques que sont les livres — qui nous ont veilléseiés l’univers de la lecture et parsèment d’autant de cailloux blancs les grands moments de notre vie imaginaire et de nos découvertes intellectuelles.

http://www.revue-analyses.org/document.php?id=194

Christian Vandendorpe, Analyses

Monsieur Livre

Yves Gauthier retrace la carrière d’Henri Tranquille et son grand amour des lettres et des livres avec force détails, illustrations et témoignages.

Louise Chevrier, Histoire Québec

Dollard

«Puissent les lecteurs de bonne foi se faire une opinion juste sur cet épisode de notre histoire national», souhaite-t-il [Aurélien Boisvert]. C’est fait, Monsieur Boisvert, et merci pour ce précieux recueil!

Louise Chevrier, Histoire Québec

Voyage au Canada

Traduit et annoté par Denis Vaugeois et Roch Côté, qui semblent s’en être donné à coeur joie de relire et nous redonner ce beau texte coloré, riche de détails sur la vie des habitants du Bas-Canada.


On a enlevé les passages trop longs ou les digressions de l’auteur. On a intégré en planches couleurs les dessins extraordinaires de Lambert. Vaugeois a tenté de tracer une biographie de Lambert. Côté met en lumière le portraitiste doué qu’il fut. Une très belle édition du Voyage au Canada dans les années 1806, 1807 et 1808 de John Lambert, enfin traduit en français.

Louise Chevrier, Histoire Québec

Répression des homosexuels au Québec et en France (La)

Le travail de Patrice Corriveau décortique la peur de l’homosexuel et la haine qu’elle engendre. C’est une véritable somme scientifique. Malgré son caractère ardu et l’apparence de complexité inhérent à ce type d’ouvrage, ce livre se laisse approcher et pénétrer facilement. L’auteur n’hésite pas à aborder toutes les questions y compris les plus gênantes, sans parti pris et avec rigueur. Il cherche à s’interroger de manière exhaustive, avant de se forger une conviction précise et étayée. Bref, une référence pour les chercheurs ou ceux qui veulent parfaitement maîtriser la question, et un excellent livre pour les autres.

Pour lire la suite sur le site inernet La Référence

Pascal Eloy, La Référence

Monuments intellectuels québécois du XXe siècle

Ouvrage central pour l’histoire des sciences, des idées et du livre au Québec, ce Monuments intellectuels québécois du XXième siècle mérite l’attention des étudiants de plusieurs domaines, et constitue en soi une véritable invitation à la lecture.

Yves Laberge, Cap-aux-Diamants

Défi français (Le)

C’est un essai stimulant. L’auteur a en effet compris, contairement aux défaitistes que, pour avancer en France, les sociétés francophones devaient se repositionner dans différents domaines. Ici, la réflexion est originale, ample, stimulante et rompt avec un discours québécois, à l’occasion répétitif et parfois passéiste.

Axel Maugey, La géographie

Exilés de l’anse à Mouille-Cul (Les)

Si l'auteur n'avait prouvé ses dires avec des documents d'archives, il aurait été difficile de croire à une histoire aussi abracadabrante. Pourtant, c'est la réalité. Mais surtout, ce récit met en lumière l'ampleur du pouvoir qu'avait l'église sur la vie des gens. Comment, le refus d'une simple demande de mariage pouvait modifier du tout au tout la vie des petites gens. On suit donc les péripéties du couple en brûlant de connaître le fin mot de l'histoire, qu'on ne nous révèle qu'à la toute fin.

Pour la suite de la critique, visitez le site Chez frisette:frisette

Isabelle Bujold, chezfrisette.blogspirit.com

Exilés de l’anse à Mouille-Cul (Les)

L'historien Gaston Deschênes aurait facilement pu en faire un roman. Il a plutôt choisi, par souci de la vérité, la forme de la petite monographie pour raconter cette histoire de mariage douteux contracté par Laurent Chouinard et la veuve Marie-Claire Gagnon, en janvier 1774, à Saint-Jean-Port-Joli.


L'histoire, semble-t-il, n'a pas encore livré la clé du mystère, mais l'historien, au moins, dans ce sympathique petit ouvrage, redonne au couple le droit à la présomption d'innocence.

Louis Cornellier, Le Devoir

Rodolphe Mathieu, 1890-1962

Despite the lack of musical analysis, this remain an excellent book. Not only does it trace the life and work of an important early figure in Canadian music, it sheds light on the emergence and establishment of the professional composer in Canada and documents the historical and musical milieu in Quebec during the first half of twentieth century.

J. Drew Stephen, CALM Review

Terra Nostra

Voici ce qui n'est ni un atlas ni une histoire du Canada, mais qui, par la force des choses et le mystère des cartes, raconte le destin de la moitié de l'Amérique du Nord.


Superbement reproduites, les cartes nous racontent tout le rêve d'un pays à naître, de la recherche du passage vers l'Ouest à la guerre de Sept Ans et à la première grande guerre mondiale.

Jean Paré, L’Actualité

Histoire des Dominicaines de Trois-Rivières

À lire ce petit volume, on sent qu’elle [Lucia Ferretti]comprend ce dont elle parle, ce qui n’est pas toujours évident pour les historiens et sociologues de la religion. L’estime qu’elle éprouve manifestement pour les femmes qu’elle étudie n’obnubile pas son sens critique et sa rigueur scientifique. Sa bibliographie constitue presque un inventaire des archives de la Congrégation. cette lecture à elle seule est un cours fascinant d’archivistique et d’histoire.

André Pelletier, Pastorale Québec

11 septembre 2001, 5 ans plus tard

Du bourbier irakien aux relations fluctuantes entre Ottawa et Washington, en passant par l'analyse des mesures réellement prises pour désamorcer la menace terroriste, le livre est un premier bilan, en tous les cas un trousseau de clés essentiel pour comprendre, au-delà du tapage médiatique et du discours politique officiel, en quoi le 11 septembre a changé le monde et les rapports entre ses puissances.

Florence Meney, Radio-Canada.ca

Innus et le territoire (Les)

Fort agréable à lire, destiné à un public instruit provenant d’horizons divers, cet ouvrage tente courageusement de formuler, dans des termes compréhensibles pour les Allochtones, les aspirations des Innus et la perception qu’il sont de leur mode de vie avant l’arrivée des Européens. Entrepris dans le but d’éclairer les débats actuels plutôt que de dissiper des controverses historiques, il atteint pleinement son objectif et devrait intéresser tous les universitaires travaillant sur les questions autochtones.

Michel Morin, Revue d’histoire de l’Amérique française

Marie-Catherine Peuvret

Benoît Grenier a le mérite de lever le voile sur la vie d’une femme de l’élite de la colonie et, aussi, de permettre au lecteur de mieux comprendre le fonctionnment du régime seigneurial de l’époque


L’auteur de ce livre est un historien chevronné, ce qui rend son texte très clair et solide. Aussi, il donne au lecteur des informations complémentaires pertinentes dans des notes explicatives insérées au travers du texte.

Lorraine Gadoury, Revue d’histoire de l’Amérique française

Négation de la nation (La)

Alors que les professeurs de droit public nous ont habitués à des livres destinés à servir presque uniquement à des fins pédagogiques, ce livre passionnant d’Eugénie Brouillet, elle-même professeure de droit constitutonnel à l’Université Laval, surprend par sa facture permettant d’intéresser un large spectre d’intellectuels.

Guillaume Rousseau, L’Action nationale

America

America reste un livre d’une documentation impressionnante, à l’iconographie fort riche, d’une écriture aimable, qui se lit comme un roman d’aventure.

André Gaulin, Revue de l’AMOPA

Méditations sur la chasse

De nature essentiellement philosophique, les Méditations sur la chasse, de José Ortega y Gasset, procèdent parfois par sauts argumentatifs peu convaincants, mais elles n'en constituent pas moins une stimulante défense de la cynégétique.

[...]Il y a là, en tout cas, un riche potentiel de débat.

Louis Cornellier, Le Devoir

Armes secrètes de la CIA (Les)

Tout cela est raconté avec la vivacité d'un thriller. Ce qui vaut largement un roman de l'été, à condition de n'être pas hypocondriaque.

Jean-Maurice de Montremy, Livres Hebdo

Cher Émile

...notre héros vient de quitter son amoureux du moment, le fameux Émile auquel sont adressées toutes les lettres, après une longue relation. Mais l’amour n’était plus au rendez-vous, ou du moins, avait-il été gâché par les crises et les maladresses. Éric Simard passe au scalpel les raisons de cet échec, le sentiment d’abandon, le rejet. Il analyse le manque d’estime de soi, la volonté de tout accepter pour espérer se faire aimer, la perte de l’identité. Et le bilan est effroyablement désespéré. C’est sans doute l’occasion des pages les plus noires du récit, alors que l’on doute que tout espoir puisse un jour être de nouveau permis. Dans la seconde partie du roman, l’auteur s’attarde sur deux relations qu’il a entreprises quasiment coup sur coup après sa rupture avec Émile. Là encore, il lui raconte tout. Comment il a cru se sauver dans des bras nouveaux, comment ces deux histoires se ressemblaient en bien des points, comme une spirale pathologique et aveugle, et comment il a fini par se perdre encore plus au lieu de remonter la pente. Éric Simard nous livre ici une analyse méticuleuse du sentiment amoureux associé à la torture morale et à l’acceptation de l’inacceptable. Et puis voilà, que le soleil se lève à nouveau sur la vie. L’auteur finit par s’en sortir et suit un lent parcours vers la lumière.

Pierre Sadulcci, La Référence