Nos livres font parler d'eux

Ton kaki qui t’adore

Outre ces qualités littéraires indéniables, tant par le style que par la simplicité, pour le lecteur étranger cette correspondance intime témoigne aussi de la profondeur des sentiments de l'engagement de deux jeunes gens face à l'avenir, dans une lecture qui s'avère tout aussi touchante, qu'émouvante. Denys Lessard a eu la bonne idée de présenter une trentaine de lettres en les regroupant par grands thèmes et propose des liens et commentaires au lecteur. Ce qui rend la lecture de ces lettres extrêmement plaisantes.

Louise Chevrier, La Terre de chez nous

Duel (Le)

Si vous suivez l'actuel campagne aux États-Unis, c'est un livre que vous devrez lire absolument pour deux choses. D'abord, on s'intéresse à l'actuel campagne électoral, on vous parle des enjeux, des deux candidats, etc. On le raconte de façon concise, précise et intéressante. C'est très bien expliqué. Un des bons livres que j'ai lus sur le sujet.

Paul Ouellet, Première heure (SRC Québec)

Duel (Le)

Ce livre est utile, instructif et aide à mieux comprendre la campagne électorale en cours.

Didier Fessou, Le Soleil

Duel (Le)

Voici le guide essentiel pour suivre l'élection du prochain président aux États-Unis et pour tout savoir sur les enjeux électoraux. Élisabeth Vallet est une experte en la matière. Son écriture très didactique permet de mieux cerner et de mieux comprendre les facteurs importants de cette élection. Un livre instructif.

Jean-Luc Doumont, Made in Québec

Enthéos

C'est d'abord l'écriture de Julie Gravel-Richard qui a capté mon attention... les phrases brèves et incisives créent un rythme presque poétique et imprègnent l'esprit. J'ai été touchée par Thomas, le côté obscur, tout autant que par Elsa, l'ange lumineux. Certains moments forts peuvent vous tirer les larmes, d'autres suscitent le doute, la paix, la colère... C'est un roman qui vous remue l'âme et vous questionne. Par ailleurs, j'ai apprécié l'habileté de l'auteure à susciter la réflexion autour de ces drames qui font basculer l'existence au point où on n'y comprend plus rien, si bien qu'il faut éventuellement choisir entre la vie et la mort, entre la raison et le coeur. Un premier roman profond et inspiré.

Marie-Josée Martel, Le livre show

Anastasie ou la censure du cinéma au Québec

Après les remous du projet de loi C-10, qui impose des critères de contrôle idéologiques au financement des films canadiens, et dans la foulée des compressions culturelles fédérales, le thème de la censure cinématographique redevient une brûlante question d'actualité. Or voici qu'Yves Lever, historien et professeur de cinéma, lance Anastasie ou la censure du cinéma au Québec. Anastasie, rappelons-le, est la figure revêche d'une vieille dame à ciseaux, qui symbolise la censure dans la francophonie depuis le milieu du XIXe siècle. Bien évidemment, les événements phare de notre petite histoire de la censure sont mis en lumière. Un captivant ouvrage.

Odile Tremblay, Le Devoir

Anastasie ou la censure du cinéma au Québec

Yves Lever, lui, en connaît un bout sur le sujet (la censure). Il en a fait sa spécialité. Cet historien, auteur de nombreux ouvrages dont Le dictionnaire de la censure au Québec, vient de faire paraître aux éditions du Septentrion Anastasie ou la censure du cinéma au Québec. Ce livre savant est la suite logique d'un documentaire, Les ennemis du cinéma, auquel a participé Lever et qui a pris l'affiche en mars dernier, au moment même où le projet de loi C-10 du gouvernement conservateur commençait à faire des vagues.

Marc Cassivi, La Presse

Enthéos

Ce roman qui a Québec pour cadre offre autant à boire qu'à manger. Ce qui veut dire? Qu'il y a une histoire et des réflexions. Pas de ces réflexions creuses et futiles comme on en lit partout, mais d'un autre niveau. Il est vrai que la fréquentation des auteurs de l'Antiquité enrichit la pensée. Spécialiste des civilisations anciennes à F.-X.-Garneau, l'auteure tricote une touchante intrigue... C'est très bien raconté. En prime, d'inspirants commentaires sur Gide et la foi.

Didier Fessou, Le Soleil

Histoire d’un rêve brisé?

Ce livre pourrait porter le titre Pour en finir avec les Franco-Américains. La plus récente publication d'Yves Roby consiste en six articles qui ont déjà été publiés dans d'autres collections. En les rassemblant dans un volume, Roby donne l'impression que ces textes constituent une dernière réflexion sur le sujet auquel il a dédié sa carrière plus que n'importe quel autre historien québécois. On retrouve ici le maître chercheur et l'artiste qui s'expriment dans un langage évocateur. Il me semble que ces essais susciteraient plus d'intérêt aux États-Unis où certains membres de la communauté franco-américaine se demandent ce qu'est devenue la culture franco-américaine. Malheureusement, comme ils ont perdu leur langue, ils ne peuvent pas lire le bilan que Roby trace de leur groupe dans cet admirable volume.

Sylvie Beaudreau, Revue d’histoire de l’Amérique française

Duel (Le)

L'objectif d'Élisabeth Vallet, dans cet ouvrage, n'est pas de prendre parti pour l'un ou l'autre de deux principaux candidats en lice, mais d'expliquer aux lecteurs québécois les tenants et aboutissants de ce fascinant duel, mission qu'elle remplit avec clarté et efficacité. En opposant un Noir - Obama - à un septuagénaire - McCain -, le duel de cette année innove, même si "ni l'un ni l'autre n'incarne véritablement les États-Unis d'en bas". Si l'élection avait lieu au Québec, il semble que le premier remporterait les honneurs haut la main. Mais les États-Unis ne sont pas le Québec et, pour les comprendre un peu mieux, l'éclairant essai d'Élisabeth Vallet ne sera pas de trop.

Louis Cornellier, Le Devoir

Anastasie ou la censure du cinéma au Québec

Yves Lever, historien et critique de cinéma, relate ici l'histoire de la censure du cinéma au Québec à travers des événements marquants, mais aussi des anecdotes divertissantes. Le cinéphile accompli et le lecteur du dimanche peuvent donc chacun y trouver satisfaction. Anastasie ou la censure du cinéma au Québec est un ouvrage qui porte sur le passé, le présent et l'avenir de la censure, sous toutes ses formes.

Geneviève Drolet, Impact Campus

Enthéos

Enthéos: expression grecque qui signifie avoir le dieu avec soi, être en état d'enthousiasme. Résumé on ne peut plus juste de sa créatrice, perlée d'espoir, de beauté et d'un émerveillement contagieux digne des enseignements Zen. Le résultat, un livre de 270 pages qui se savoure comme un chocolat qu'on refuse de croquer. Un livre dont les pages sont source de renouement avec soi-même, avec la Vie.

Manon Breton, Bazzart

Enthéos

Un roman campé dans un cadre universitaire? On aura tendance à l'aborder avec un grain de sel. Mais heureusement, la jeune auteure, dont c'est le premier livre, n'est nullement intéressée à caricaturer ce microcosme social. Son propos est profondément introspectif, et c'est tout à son honneur d'avoir choisi la difficulté. Un texte ambitieux et une auteure prometteuse.

Annick Duchatel, Entre les lignes

Onontio le médiateur

Dans cet essai, assez bien réussi, on pourrait croire qu'avec le nombre de livres qui sont publiés sur la Nouvelle-France, tout aurait déjà été écrit. Détrompez-vous. Maxime Gohier, qui maîtrise le genre de l'essai avec un certain brio, arrive à passionner le lecteur.

Jean-Luc Doumont, Made in Québec

Au passage

Quoi de plus invitant que des nouvelles pour entrer en douceur dans la prochaine saison littéraire. Même si un relent estival persiste, l'automne se manifeste à petits pas frais nocturnes. Alors, on lit de courts textes qui nous enchantent, tels que les a écrits Emmanuel Bouchard dans son premier recueil, Au passage. L'écriture souple et légère, le style épuré, mettent en relief son talent.

Dominique Blondeau, Ma page littéraire

Entre poudrés et pouilleux

Surprise! Ce livre n'est pas ce que son titre semble annoncer. Au lieu de l'analyse savante d'un objet social-historique abstrait destinée aux lecteurs motivés, c'est un récit biographique d'une écriture digne des meilleurs romans que nous offre Jacques Mathieu! Entremêlant habilement le plausible et le vérifiable, ce récit est aussi un remarquable portrait psychologique d'un scientifique du XVIIe siècle. Vu la licence qu'a adoptée l'historien, il serait dommage que les apparences détournent les lecteurs.

Paul-Albert Plouffe, Le Libraire

Or des Amériques

Dans ce complément essentiel de l'exposition éponyme, nous découvrons les 450 objets qui y sont présentés en plus de commentaires pertinents et instructifs. Rédigé par un collectif d'experts et préfacé par Dany Laferrière, ce volume d'une qualité exceptionnelle relate objectivement comment l'attrait de l'or a certes entraîné la colonisation de nouveaux territoires, mais aussi comment il a bouleversé le destin de milliers d'Autochtones.

Johanne Vadeboncoeur, Le Libraire

Enthéos

Gravel-Richard offre un texte riche qui mêle ses connaissances sur la Grèce ancienne et l'histoire d'un jeune homme en pleine crise existentielle.

La rédaction, Le Libraire

Mesure d’un continent [Redux] (La)

La Mesure d'un continent fait assister à la gestation et à l'accouchement d'un monde nouveau. Poussés vers le sol américain par diverses voracités, depuis la conquête des âmes jusqu'à celle des épices et des pelleteries, les Européens corrigent leurs cartes et précisent leurs prétentions en fonction des rencontres, du climat, des fluctuations démographiques. Histoire et géographie se racontent dans cet éloquent album. Quatre siècles attendent notre appropriation.

Laurent Laplante, Le Libraire

Un tour de France canadien

Il y a presque un quart de siècle, Caroline Montel-Glénisson entreprenait un travail d'historienne qui avait tout d'un labeur de bénédictin. On réédite aujourd'hui, augmenté et enrichi, ce guide à nul autre pareil qui fourmille d'une multitude de faits croustillants.

Daniel Rolland, Culture Hebdo.com

Au passage

On raconte l'histoire de cet homme qui, détestant à égalité l'enseignement et la littérature, se fit professeur de littérature. La plaisanterie ne peut viser Emmanuel Bouchard, qui non seulement enseigne la littérature mais encore la connaît et l'aime, comme l'atteste de manière convaincante son premier recueil de nouvelles.

L'inspiration des nouvelles emprunte au tout et aux riens du quotidien de gens simples, ce qui impose à la fois une grande sobriété et de subtils recours aux artifices qui empêchent la banalité de sombrer dans l'insignifiance.

Réginald Martel, La Presse

Vieux-Montréal (Le)

Le Vieux-Montréal, une tout autre histoire présente une lecture inaccoutumée et originale du berceau de Montréal, du milieu du 17e siècle à aujourd'hui. Riche en descriptions et en détails du quotidien, il laisse grandement place aux personnages et aux événements qui ont animé et forgé ces lieux en perpétuelle mutation.

Claude Couillard, Radio-Canada

État n’est pas soluble dans l’eau bénite (L')

Libanais d'origine, l'auteur s'est assimilé en profondeur les cultures arabe, française et québécoise. Sa réflexion mesurée déplaira aux intégristes de tous bords mais séduira ceux qui jugent que seul un État de droit clairement laïc est en mesure de permettre la vie en commun dans nos sociétés multiethniques et multireligieuses. Documenté, clair et réfléchi.

Paul Jacques, Le Clap

Deuxième Vie de Clara Onyx (La)

Ce roman inclassable nous fait revisiter toutes nos valeurs. Il y a de quoi nous faire "inverser" nos priorités.

Lyse Bonenfant, Radio-Canada

Pont de Québec | nouvelle édition (Le)

L'histoire racontée d'une façon simple et accrocheuse, c'est ce que propose ce livre de Michel L'Hébreux. On sent, tout au long de la lecture, la passion de cet auteur pour le pont cantilever le plus long au monde. On reconnaît dans cet ouvrage les talents de pédagogue de cet ancien directeur d'école qui sait instruire tout en divertissant. Ce livre regorge de photos, de témoignages et d'anecdotes qui agrémentent la lecture. Un incontournable à avoir dans sa bibliothèque que l'on soit passionné d'histoire ou non. La lecture du Pont de Québec change à tout jamais votre façon de voir ce lien Lévis/Québec.

Nathalie St-Pierre, Le journal de Lévis

Histoire populaire du Québec, tome 5

Sans le talent, le métier et la patience d'un Jacques Lacoursière, que de noms importants et de faits déterminants risquaient de glisser dans l'oubli. Le propos de l'auteur d'une histoire populaire, c'est d'évoquer le passé avec exactitude mais en évitant d'effaroucher le lecteur de bonne volonté par un appareil critique. En somme une vulgarisation sérieuse. Jacques Lacoursière ne se départit pas de ce don de conteur qui captive un auditoire autant que le lecteur. Aux Québécois de moins de trente ans, ce cinquième tome de l'Histoire populaire du Québec apprendra beaucoup. Quant aux quadragénaires et les autres, ils revivront des heures palpitantes et seront heureux d'entendre nommer des noms, aujourd'hui oubliés, mais sur toutes les lèvres au cours de la décennie 1960-1970.

Jean Panneton, Le Ralliement

Enthéos

Julie Gravel-Richard livre avec Enthéos un ardent plaidoyer en faveur de la passion partagée et de l'enseignement. Il s'agit d'un premier essai réussi où flotte un léger supplément d'âme. Ce qui n'est pas rien.

Christian Desmeules, Le Devoir

Enthéos

Cette première oeuvre met en évidence ce que vivent de tout temps les humains, c'est-à-dire le conflit entre passion et raison. Mythologie, philosophie, religion ajoutent une grande profondeur à un récit qui n'a rien de superficiel. Julie Gravel-Richard est, on ne peut en douter, une auteure qui fera sa marque.

Manon Guilbert, Journal de Montréal

Enthéos

Ce premier roman est étonnement très mature. À l'image des grands auteurs européens, comme Marc Lévy ou Doris Lessing, Gravel-Richard a son propre style, une mise en scène très personnelle et des dialogues riches. Le tout est écrit avec une facilité et une douceur à faire quelques jaloux. Les phrases sont structurées à la perfection, sans oublier les personnages qui sont riches en soi.

Jean-Luc Doumont, Made in Québec

Deuxième Vie de Clara Onyx (La)

Dès les premières pages, je me suis demandée dans quel genre de livre je venais de mettre le nez! Mais petit à petit, je me suis laissée aller au fil des pages et de l'histoire comme ça tout bonnement en ne cherchant pas à trouver le pourquoi et le pour qui mais lire simplement en me laissant raconter une histoire. Et j'ai été servie croyez-moi.

Blogue, Entre les lignes... l'imaginaire