Nos livres font parler d'eux

Canada français devant la Francophonie mondiale (Le)

« L’ouvrage excelle dans sa judicieuse intégration des publications canadiennes sur le mouvement, dépassant ainsi le fossé linguistique qui caractérise l’historiographie du Québec et du Canada. Il faut saluer cette maîtrise des multiples fils de l’historiographie et cette capacité à les lier aux grands enjeux de son étude. »

James Trépanier, Revue d’histoire de l’Amérique française

Empire et métissages, 2e édition

« Havard réussit avec brio à reconstituer l’espace impérial français en marge de sa colonie nord-américaine, opposant la vision officielle des administrateurs coloniaux et métropolitains à la réalité des interactions locales. Il en ressort justement un Pays d’en Haut où l’influence française est soumise aux alliances amérindiennes, plutôt que l’inverse. Par sa nature toujours innovatrice, l’ouvrage connaît une nouvelle incarnation 15 ans après sa première parution. »

Joseph Gagné, Revue d’histoire de l’Amérique française

Nouveaux regards en histoire seigneuriale au Québec

Ces "Nouveaux regards" constituent une contribution originale et pertinente à l'étude du régime seigneurial. Malgré son abolition en 1854, cette institution demeure d'une grande actualité puisqu'elle constitue l'assisse juridique de grandes portions du territoire québécois d'aujourd'hui. Il s'agit à coup sûr d'une lecture incontournable pour quiconque s'intéresse au territoire québécois et à son histoire.

Francis Roy, Cahiers de géographie du Québec

Nouveau système

Bien qu'il dépeigne un rapport non traditionnel entre des gens socialement défavorisés, Leblanc-Poirier saisit de façon émouvante les hauts et les bas universels de tout type de relation amoureuse.

, Blogue Astheure

Pêche à la morue en Nouvelle-France (La)

L'auteur nous présente ici une magnifique synthèse sur l'industrie de la pêche à la morue.

Mario Mimeault connaît son sujet en profondeur. Les nombreux prix qu'il a reçus en témoignent. Il ne fait aucun doute que son livre représente une contribution majeure à l'historiographie québécoise.

, Cap-aux-Diamants

Bon chien

J'ai aimé. Frappant, très juste, poignant, presque lancinant. Voilà ce qu'est ce premier roman de Sarah Desrosiers.

Johanne Mathieu, La chronique littéraire

Filles du Roy pionnières de Montréal (Les)

L'ouvrage permet de mieux connaître leur histoire, leur vie en ce pays, de suivre leurs pas, leurs rêves, leurs joies et leurs peines ainsi que les principaux événement reliés à la fondation de Montréal et à son développement de l'époque.

Découvrons avec avidité cette vie d'autrefois qui sommeille dans ces 700 pages!

Jeannine Ouellet, Histoire Québec

Émergence de Montréal dans le système urbain nord-américain (L')

L'émergence de Montréal dans la formation du système urbain nord-américain pose plusieurs questions abordées par Luc-Normand Tellier dans une approche passionnante et originale de l'histoire des débuts de la métropole québécoise.

Jeannine Ouellet, Histoire Québec

Un diplomate à la découverte du Japon

Tout un voyage pour Rodolphe Lemieux, toute une trouvaille pour le lecteur!

Remercions René Castonguay d'avoir déniché cette fertile correspondance du voyage, un précieux témoignage sur les jeux de coulisses diplomatiques, qui pose un regard amusé et éclairé d'un Canadien français catholique sur une autre civilisation.

Christian Vachon, Les libraires

Hôtel Columbus

Huis clos captivant et d'une grande poésie, cette pièce de Ricardo Monti se dévoile lentement, comme à demi-mot. Subtilement, l'auteur argentin multiplie les couches de lecture et fait de ces deux hommes un couple presque divin dont le drame intime parle de désir de liberté, d'identité et d'amour d'une façon qui touche à l'universel. Objet à la fois étrange et magnifique, Hôtel Columbus est de ces textes qui restent en nous et qui nous hantent, comme un fantôme.

Anne-Marie Genest, Les libraires

Curieuses histoires d'apothicaires

Ce livre profusément illustré confirme que les petites histoires mènent souvent à la grande. Cet album de concoctions truffé d'anecdotes et de faits parfois rocambolesques se lit comme un roman de sorcières et de démiurges qui, par leur savoir et leur intuition, ont su aider l'espèce humaine.

Isabelle Beaulieu et Alexandra Mignault, Les libraires

Tu ne tueras point

Anne Peyrouse risque gros avec Tu ne tueras point, un roman en trois actes qui coupe le souffle et laisse abasourdi. Le tout dans une écriture fragmentée, brisée, hachurée, cassée et haletante. J'aime les écrivains qui font perdre les repères et qui, dans une écriture enveloppante, nous poussent dans une dimension où je refuse souvent d'aller. C'est encore plus que ça avec Anne Peyrouse. Elle m'a laissé sur le carreau comme si j'avais été frappé par une tornade qui détruit tout sur son passage. Une forme de Big Bang existentiel qui pulvérise la pensée et l'être.

Il faut peut-être parler d'un roman extrême, d'une écriture qui ne fait aucune concession, qui laisse au bord de la crise. Singulier, particulier, dérangeant et terriblement humain. Un roman d'une densité peu commune qui ne vous permet jamais de reprendre votre souffle. Un véritable combat pour en arriver à la dernière phrase que l'on touche comme une île de sable après avoir nagé jusqu'à épuisement pour échapper au naufrage et aux abysses. Un roman terrible de beauté et de douleur.

Yvon Paré,

Faire aimer l'histoire en compagnie de Jacques Lacoursière

Quelle merveilleuse histoire que celle racontée, entre autres, par Denis Vaugeois autour de Jacques Lacoursière, historien émérite.

Bref, ce livre-hommage est aussi une boîte à surprise qui nous donne le goût de l'histoire et de connaître un peu plus nos racines.

Jacques Lanctôt, Le Journal de Montréal

Les ovaires, l'hypothalamus et le coeur

Camille Deslauriers, avec son sens de l'humour et du ridicule, réussit à alléger des histoires qui pourraient facilement devenir lourdes. Tout est là. Fébrilité, fragilité, hésitation au bord du précipice. C'est ce qui rend ces textes touchants. Cette terrible solitude, les sentiments d'échec qu'elle masque dans une écriture vivante, saccadée et joyeuse presque.

Yvon Paré,