Nos livres font parler d'eux

Escaliers publics en fer de la ville de Québec (Les)

Tout en racontant l'histoire de ces escaliers de fer, l'auteure en profite pour décrire  l'évolution des quartiers St-Jean Baptiste (Haute-Ville) et St-Roch (Basse-Ville). Le livre est rempli de vieilles photos qui nous laissent rêveur, dont une de la côte d'Abraham.

Daniel Rolland, Culture Hebdo.com

Cher Émile

J’ai vécu des relations amoureuses difficiles, j’ai fait des mauvais choix...et la réalité a fini par rattraper la fictionconfie Éric Simard. Une révélation qui rend la lecture de Cher Émiled’autant plus troublante. Sentiment de culpabilité d’un voyeur assouvi!

Marie-Claude Masson, La Voix du village

Art sacré en Amérique française (L’)

Merveilleusement bien illustré et présenté dans une mise en page remarquable(due à Louise Méthé), ce beau livre regroupe les trésors religieux constitués depuis le XVII ième siècle, sur la Côte-de-Beaupré, située non loin de Québec, lieu de fondation de la Nouvelle-France.

Jean-Yves Garneau, Prêtre et pasteur

Cher Émile

Du retour à l’enfance, au souvenir d’attaques homophobes et de relations désatreuses, on verra comment le caroussel thérapeutique aura fini par avoir son effet positif sur Éric.

Julie Sergent, Entre les lignes

Champlain

Abondamment illustré de gravures et de cartes anciennes, ce collectif porte un regard neuf sur la vie du fondateur de Québec.


Sous ses allures de beau livre

, cet ouvrage d’érudition permet d’en apprendre davantage sur un personnage que l’on croyait pourtant bien connaître.

Dave Noël, Cap-aux-Diamants

Défi français (Le)

Un essai original en raison de la lorgnette francophone. L a France et le Québec! Un essai teinté d’affection pour le monde francophone, sans renoncement à la plume critique qui sait châtier ceux qu’on aime. Un essai rempli de renseignements et de liens utiles pour se situer dans le nouvel ordre mondial.

Gérald Leblanc, La Presse

Guide du parfait survivant (Le)

La force d’Yvon Laverdière est la sienne. Est-ce qu’elle peut servir à d’autres? Incontestablement oui.

Michel Peterson, Nuit blanche

Cher Émile

On ne peut reprocher à Éric Simard d’embellir ou de falsifier la réalité par le biais de la fiction. Presque sans pudeur, il raconte la douleur comme le bonheur qui ont traversé les relations amoureuses successives qu’il a connues.

Anne-Marie Guérineau, Nuit blanche

Cher Émile

Le tout ressemble fort à une psychothérapie où le narrateur tente d’y voir plus clair dans sa vie et dans les drames amoureux qui l’ont ponctuée. En l’espèce, l’auteur-Éric Simard-réussit bien à mettre la confusion inhérente à une peine amoureuse.

Benoît Migneault, Fugues

Peur au ventre (La)

Une heureuse rencontre entre un vétéran de la guerre 39-45 et une écrivaine qui engendre un récit sans pudeur, non dénué d’esprit et de tendresse, et empreint d’une grande charge émotive

Christian Vachon, Le Libraire

Mourir pour renaître à la vie

L’auteur partage des scènes parfois tragiques, parfois saintes. À  travers une spiritualité certaine, l’expérience vécue est sans aucun doute intense et marquante. Un style d’écriture assuré, profond et coloré, s’adressant aux amateurs d’images et de figures. Un témoignage touchant s’inscrivant dans une démarche de libération intérieure.

Anick Gosselin, Lecteurs.ca

Peur au ventre (La)

Que l’on n’oublie pas, non plus, le nom de Julie Hubert. Qu’on la remercie pour la passion derrière un tel projet. Ensemble, Marcel Auger et elle ont donné naissance à un rigoureux et passionnant récit historique. Si ce n’eut été d’eux et leur passion, nous n’aurions pas eu le privilège de lire cette touchante histoire… et quel dommage qu’elle n’eût jamais été racontée ainsi auparavant.

Élizabeth Doyle, Lecteurs.ca

Défi français (Le)

M. Dufour est professeur à l'École nationale d'administration publique à Montréal. Son essai est une profession de foi pour un Québec qu'il aime. Il nous montre en quoi le Québec est progressiste et peut servir de référence.

Daniel Rolland, Culture Hebdo.com

Cher Émile

Chacune de ces lettres nous ramène devant notre propre solitude, notre monologue intérieur. Cet univers sensible que présente l’homosexualité est profondément touchant, à un point tel que, de par son intensité, il s’avère finalement asexué. La réalité qu’exposent ces pages est dense et témoigne d’un monde émotif complexe. L’immense portée des émotions véhiculées est profondément bouleversante.

Anick Gosselin, Lecteurs.ca

Peur au ventre (La)

Tous ceux qui veulent savoir à quoi ressemble une guerre ont la possibilité de lire un récit unique. Merci Mme Hubert et grand merci à Marcel Auger pour son geste de transparence. C'est l'humanité qui gagne au change.

Daniel Rolland, Culture Hebdo.com